Les têtes défilent et l’épilogue ne change pas malgré toutes les voix qui s’élèvent par-ci par-là. Les bilans moral et financier de Kheireddine Zetchi, président en fin de mandat, à la tête de la Fédération algérienne de football (FAF), ont été approuvés à l’unanimité. Certes, il y a eu quelques abstentions et rejets qui n’auront pas pesé. Toutefois, l’expression « comme une lettre à la poste » peut toujours être utilisée.

Par Mohamed Touileb
A l’hôtel Sheraton (Alger), 109 membres de l’Assemblée générale étaient présents pour voter. Parmi eux, il y avait Mohamed Raouraoua en sa qualité d’ancien boss de la balle ronde Dz et membre de l’AG. A l’ordre du jour, il y avait l’adoption des bilans moral et financier du mandat de Kheireddine Zetchi, président sortant qui ne briguera pas un nouveau mandat.
Les 104 membres autorisés à voter ont décidé de valider les rapports à l’unanimité. Malgré tout ce qui a été relayé et les chiffres conséquents du passage de Zetchi en matière de dépenses, l’ardoise financière a été validée par 90 des 104 votants pour 2 abstentions et 12 « non ». Mohamed Zerouati, président de la JS Saoura et fervent détracteur de Zetchi, n’a approuvé ni le bilan financier ni celui moral du mandat du propriétaire du Paradou AC. Cependant, cette voix négative n’a pas empêché l’approbation qui marque la clôture du quadriennat de Zetchi. Ce dernier se contentera d’un seul passage sur le fauteuil du boss de la FAF.

Commission de candidatures : Yahi désigné, Raouraoua scandalisé
Par ailleurs, dans les prochaines heures, les candidats vont déposer leurs dossiers. Dans cette optique, les Commissions de candidatures, de recours et de passation de consignes qui se chargeront de préparer l’AGE, ont été installées en marge de ce conclave. A la tête du Comité qui réceptionne les postulations, Abdelmadjid Yahi, chairman de l’US Chaouia, a été désigné.
Une décision que Raouraoua n’a pas franchement appréciée. « On vient d’assister à une mascarade. On a placé Abdelmadjid Yahi président de la commission de candidatures alors que c’est un corrompu.
Il a été radié de la scène sportive mais le bureau actuel l’a réhabilité. Les lois sont claires et ce qu’ils ont fait est une honte », a lâché l’ancien homme fort de la structure footballistique. Ce à quoi le concerné a rétorqué: « le plus grand corrompu, c’est Raouraoua !»
Ces propos donnent une indication sur l’ambiance lors des jours à venir. Avant l’organisation de l’Assemblée générale élective (AGE) prévue pour le 15 du mois en cours, la guerre des « clans » risque de faire rage. Les déclarations au vitriol et le jeu de stratégie pour essayer de replacer les pions ne fait que commencer. Surtout qu’il n’y a pas de véritable profil qui se dégage jusque-là avec des noms qui circulent. Aucun programme électoral n’a été présenté à 10 jours de la date cruciale. C’est pour dire qu’il s’agit beaucoup plus d’une désignation que d’une élection. Pour ne pas changer.