Vingt-cinq (25) autres suspects dans l’affaire de l’assassinat de Djamel Bensmaïl à Larbaâ Nath Irathen (Tizi-Ouzou), ont été arrêtés, a indiqué la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) mardi dans un communiqué, affirmant avoir découvert « des informations étonnantes » sur les mobiles du meurtre.

Dans le cadre de la poursuite de l’enquête ouverte par la DGSN dans l’affaire de l’assassinat du jeune Djamel Bensamïl à Larbaâ Nath Irathen, les services spécialisés de la sûreté nationale ont procédé « en un temps record » à l’arrestation de « 25 autres suspects, en état de fuite dans plusieurs wilayas du pays », indique un communiqué de la DGSN.

Il s’agit, entre autres, de « deux individus arrêtés par les services de sûreté de la wilaya d’Oran alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le territoire national ».

La même source a précisé que l’enquête préliminaire diligentée par les services compétents de la Sûreté nationale avait permis à ce jour « l’arrestation au total de 61 suspects impliqués à différents degrés dans l’homicide, l’immolation et la mutilation d’un cadavre, la destruction de biens et la violation d’un siège de police ».

Utilisant des techniques modernes, les mêmes services ont pu récupérer le téléphone portable de la victime. L’exploitation de l’appareil a permis aux enquêteurs de découvrir des « informations étonnantes sur les véritables mobiles du meurtre du jeune Djamel Bensmaïl, qui seront révélées par la Justice ultérieurement en raison du secret de l’instruction », a ajouté le communiqué.

La DGSN a également fait savoir que l’enquête a permis de « découvrir qu’un réseau criminel, classé comme organisation terroriste, est derrière le plan ignoble, de l’aveu de ses membres arrêtés ».