Dans un communiqué (voir en dessous), le Syndicat national des magistrats (SNM) est revenu sur la mise en détention provisoire, le 24 mars dernier, du procureur-adjoint près le tribunal de Tiaret « pour avoir transmis des documents secrets à Abdou Semmar (journaliste-activiste, ndlr) qui se trouve à l’étranger ». Dans le texte, signé par le chargé de communication, les accusations à l’encontre du magistrat sont contestées et entreraient dans le cadre d’une « campagne(…) inspirée par des parties qui cherchent à masquer les défaillances procédurales qui ont entachées la poursuite”.  Le SNM évoque une action de « vengeance » dont serait victime le procureur-adjoint pour « son action syndicale et sa défense des intérêts des magistrats« . Le même communiqué indique que le Procureur-adjoint est entré « en grève de la faim depuis sa mise en détention provisoire » et appelle le Président de la République à mettre fin “à l’anarchie” et aux “dépassements” constatés « dans le secteur de la justice récemment, et cela pour préserver de ce qui lui reste comme crédibilité au niveau national et international« .