Moyens de communication modernes, les réseaux sociaux tendent à devenir particulièrement inévitables tant leur usage touche à pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne.

Une véritable religion du clic est en train de gagner la planète, avec son corollaire de menaces sur les utilisateurs-consommateurs. Le discours extrémiste qui a déjà investi le satellite avec les chaînes de télévisions prêchant la haine et le sectarisme est, aujourd’hui, aussi présent sur le Net avec un effet autrement plus pernicieux. Garantissant l’anonymat, les réseaux sociaux peuvent devenir des plateformes de distillation de la haine et du fanatisme religieux constituant un danger permanent notamment chez les catégories vulnérables. Il devient de fait impératif de mener une véritable guerre contre ces discours extrémistes qui pullulent actuellement sur les différents réseaux sociaux à l’audience grandissante. En utilisant les mêmes armes. Les pouvoirs publics sont appelés justement à encourager les citoyens à investir ces moyens de communication modernes et non essayer d’en limiter la pénétration. Cela ne fera qu’exacerber leur danger. Ces armes numériques restent indéniablement un couteau à double tranchant, il s’agit seulement de les utiliser à bon escient afin d’en tirer le maximum de bénéfices et d’en limiter les inconvénients, voire les dangers. Il faudrait absolument éviter la réédition de certaines chaînes satellitaires qui avaient longtemps déversé leurs discours extrémistes et sectaires, leur audience posant un véritable souci pour les Affaires religieuses. Pour les imams, il ne s’agit pas seulement de maîtriser l’usage de ces moyens de communication modernes, afin de présenter un discours d’ouverture et d’amour du prochain, mais aussi de comprendre le fonctionnement intrinsèque de ces techniques numériques pour ne pas se faire manipuler par leur promoteurs américains ou autres « bigs brothers». Récupérer ces armes numériques et en faire un procédé pour combattre le discours de haine. Une action de tous les instants.