Diego Maradona pourrait pouvoir sortir de l’hôpital «mardi ou mercredi». «Diego a très envie de sortir et nous sommes en train d’évaluer s’il pourrait effectivement le faire mardi ou plus probablement mercredi, cela dépendra de ses paramètres médicaux, mais pour l’instant son évolution est très bonne», a estimé le Dr Leopoldo Luque, devant l’hôpital d’Olivos, dans le nord de la capitale argentine.
Le champion du monde 1986 avait été hospitalisé il y a 8 jours à La Plata, à 60 km au sud de Buenos Aires, en raison d’une anémie et de déshydratation. Des examens avaient révélé la présence d’un hématome sous-dural, une poche de sang formée sous la boîte crânienne. Il avait alors été transféré à la clinique privée Olivos, dans la commune du même nom. Depuis, son état de santé évolue bien, même s’il est touché par un syndrome d’abstinence, pour lequel il a reçu des soins intensifs et des sédatifs, un traitement qu’il a commencé à arrêter lundi.
Le champion du monde 1986 a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne consommait plus de cocaïne depuis des années, mais selon des proches et la presse, il est désormais dépendant à l’alcool. Le Dr Luque n’a pas souhaité préciser dans quel lieu Maradona effectuerait sa convalescence une fois sorti de l’hôpital. «Nous parlerons de cela quand le moment sera venu, en accord avec sa famille. Une chose est sûre: nous sommes tous décidés à ce qu’il aille mieux», a ajouté le médecin de l’ancien N.10. La vie de Diego Maradona a été rythmée par de nombreux problèmes de santé, dont certains liés aux excès en tous genres qui l’ont parfois fait flirter avec la mort.
TROIS JOUEURS DE L’OLYMPIAKOS RISQUENT GROS
Chaos à l’Olympiakos. Trois joueurs du club grec, dont Ruben Semedo, risquent une grosse amende pour avoir pris part dans la nuit de dimanche à lundi à une fête malgré les restrictions liées au coronavirus. Le club engagé en Ligue des champions a «condamné sans équivoque» le comportement de son défenseur Semedo et de ses deux milieux de terrain, le Serbe Lazar Randelovic et le Brésilien Bruno Felipe, qui ont participé à cette fête en compagnie d’une trentaine de personnes sur le toit-terrasse d’un hôtel d’Athènes.
«Ne pas respecter les interdictions et les règles imposées à notre équipe pour cette saison est inacceptable», a ajouté le club qui a demandé à ses joueurs de s’excuser et a promis de leur infliger une amende «maximum». La police, prévenue par un voisin, a délogé tôt lundi matin une trentaine de fêtards qui ont écopé chacun d’une amende de 300 euros pour non port du masque.
Le propriétaire de l’hôtel, âgé de 24 ans, a lui été interpellé et s’est vu infliger 3.000 euros d’amende. Selon un média grec, une partie des participants se sont enfermés dans les toilettes pour ne pas être découverts. Les joueurs de l’Olympiakos étaient rentrés dimanche de Crête où ils avaient battu OFI (2-0) pour s’installer ainsi en tête du championnat.