Une exposition de photographies, retraçant l’histoire de la résistance algérienne contre le colonialisme à différentes étapes de cette période, a été organisée dimanche à Alger par le Centre national des archives à l’occasion des festivités du 67e anniversaire de déclenchement de la guerre de libération nationale. Accueillie au siège des archives nationales, cette exposition propose un retour sur les principales étapes historiques de la résistance algérienne contre la machine coloniale française depuis 1830 jusqu’au 1er novembre 1954. Photographies, reconstitutions, documents d’archives et notices explicatives retracent le combat continu contre la colonisation dans différentes régions du pays et témoignent également de l’atrocité des crimes commis par les forces coloniales depuis 1830. Présent lors de cette exposition, Abdelmadjid Chikhi, Conseiller du président de la République, a salué “la mémoire de martyrs de la révolution et des victimes des crimes coloniaux depuis 1830”. Il a également insisté pour dire aux génération futures que “ce qu’on accompli leurs ancêtres est une fierté pour l’Algérie et pour le monde entier”. Il a également rappelé le long et difficile chemin parcouru par l’Algérie et son peuple pour retrouver l’indépendance et les épreuves surmontées depuis 1962 qui font qu’aujourd’hui les “institutions du pays fonctionnent, même si certains jugent qu’elles ne fonctionnent pas comme il faut”, mais le pays dispose de “dizaines d’universités et d’infrastructures industrielles résultat d’un grand sacrifice”. Pour sa part le directeur des archives nationales, Mohamed Tiliouine, a indiqué que son établissement a organisé des expositions dans d’autres maisons de la culture et maisons de jeunes dans la capitale pour jeter des passerelles entre la génération de novembre et la génération de l’édification de l’Etat algérien. Il explique que cette exposition a été élaboré pour “mettre en lumière les crimes coloniaux commis contre le peuple algérien” ainsi que la résistance “exemplaire et ininterrompue de ce peuple qui a toujours refusé la soumission”. Il espère également que le “parcours de ces générations résistantes” devienne une source d’inspiration aux génération futures pour l’édification du pays”. (APS)