Synthèse DE Lyes Sakhi
Ce sont des déclarations qui risquent de relancer la terrifiante affaire de l’assassinat du journaliste saoudien Jama Khashoggi.
Leur auteur est un ex-chef espion saoudien actuellement réfugié en Amérique du Nord. Il s’appelle Saad Aljabri et il a été la vedette de « 60 minutes » la célèbre émission de télévision américaine, CBS News, durant laquelle il a qualifié le prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed Ben Salmane (MBS) d’être un « psychopathe » et un « tueur ». Aljabri accuse MBS d’avoir d’envoyer des agents au Canada pour le tuer. « Je suis là pour sonner l’alarme à propos d’un psychopathe, un tueur, au Proche-Orient avec des ressources illimitées, qui représente une menace pour son peuple, pour les Américains et pour la planète », a déclaré Saad Aljabri. L’ancien chef espion avait été limogé en 2015 de son poste de responsable du contre-espionnage au ministère saoudien de l’Intérieur. Proche du prince Mohammed ben Nayef, il a fui le royaume en 2017 lorsque celui-ci a été évincé du pouvoir au profit de MBS. Saad Aljabri, qui a longtemps travaillé en collaboration avec des responsables américains sur des opérations secrètes de lutte antiterroriste, a déposé plainte en août 2020 aux Etats-Unis en assurant que MBS avait envoyé au Canada où il vivait en exil une équipe de « mercenaires personnels » en octobre 2018, peu après l’assassinat du journaliste critique Jamal Khashoggi, et emprisonné deux de ses enfants en Arabie saoudite. L’équipe avait été refoulée à son arrivée au Canada. M. Aljabri est lui-même accusé par Ryad d’avoir détourné 11 milliards de dollars des fonds pour la lutte antiterroriste dont il avait la charge entre 2001 et 2015. Il est visé en justice par deux actions d’entreprises publiques saoudiennes, dans le Massachusetts et à Toronto. Durant l’entretien, M. Aljabri a assuré avoir été averti qu’il pourrait subir un sort similaire à celui de Jamal Khashoggi, tué au consulat saoudien à Istanbul en 2018. Il a raconté avoir été averti en ces termes: « ne sois pas près d’une quelconque mission saoudienne au Canada. Ne va pas au consulat. Ne va pas à l’ambassade ». Et lorsqu’il a demandé pourquoi, on lui a répondu: « ils ont démembré le gars, ils l’ont tué. Tu es en haut de la liste ». Des responsables canadiens ont indiqué à 60 Minutes être « au courant des incidents avec des acteurs étrangers qui ont tenté de (…) menacer (…) ceux vivant au Canada », qualifiant ces menaces de « complètement inacceptables ». M. Aljabri a expliqué que l’équipe était composée de membres d’un groupe désigné par les enquêteurs comme l’ « Escadron du Tigre », surnom donné à la Force d’intervention rapide dont sept membres, selon Washington, faisaient partie du commando qui a tué Jamal Khashoggi. Selon la plainte de 2020 de M. Aljabri, l’escadron est composé de tueurs spécialisés dans « les meurtres extrajudiciaires, le viol et la torture ».n