Par Bouzid Chalabi
Nouveau créneau dans l’aquaculture en Algérie. Le thon rouge va faire partie des poissons d’élevage pour son engraissement. Cette activité consistera en l’engraissement, devenu possible après le feu vert donné, en 2018, par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta). Selon le directeur général de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Tahar Hammouche, repris par l’APS, l’Algérie avait déposé en 2017 un dossier auprès de la Cicta pour l’obtention d’une autorisation d’engraissement du thon. Cette instance a octroyé à l’Algérie une licence pour la création de fermes pilotes dengraissement de thon rouge d’une capacité de 1 800 tonnes/an. «Des fermes qui permettront d’augmenter la valeur ajoutée en devises de ce produit jusqu’à 50 millions d’euros», a-t-il fait savoir. Ajoutant dans ce sens que ce nouveau créneau d’activité dans l’aquaculture commence à intéresser les investisseurs. Il en veut pour preuve les 10 demandes d’investisseurs privés désirant obtenir des contrats de concession pour exercer cette activité déposées à ce jour au niveau de la direction générale de la pêche. «Pour l’heure, quatre investisseurs se sont vu octroyés des contrats de concession pour créer des fermes dengraissement de thon rouge», a indiqué Hammouche, précisant qu’«un délai leur a été accordé pour réaliser leurs projets et lancer la production en 2020». Dans le cas où les bénéficiaires des contrats de concession tardent dans la concrétisation de leur projet sur le terrain, «la direction procèdera à l’envoi de mises en demeure aux retardataires et au retrait de leurs contrats de concession pour les donner à d’autres investisseurs parmi les 10 ayant déposé leurs demandes», a averti le responsable du secteur de la pêche. Concernant les 4 fermes pilotes, elles seront implantées, selon Hamouche, à El-Tarf, Chlef et Aïn Témouchent avec 2 fermes aquacoles. Pour ce qui est de la commercialisation des produits de ces fermes, le responsable a fait savoir qu’ils seront soumis à la règle de l’offre et de la demande, soulignant que le marché international était libre et est basé particulièrement en Asie. Signalons qu’ en Méditerranée on dénombre douze fermes d’engraissement de thon rouge qui produisent 11 000 tonnes de poissons par an. Ces fermes se trouvent, essentiellement en Espagne, Italie, Malte, Croatie et Turquie, ainsi qu’en Tunisie qui dispose de 2 fermes. Notons que la Cicta a délivré, récemment, des licences à l’Egypte et à la Libye pour se lancer dans l’activité d’engraissement.n