La compagnie nationale des hydrocarbures a réalisé un chiffre d’affaires à l’export de 20 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 39 % par rapport à 2019, suite aux conséquences de la crise sanitaire du Covid-19, a indiqué le directeur Gestion de la Performance au sein du groupe, Mohamed Rachidi Boutaleb. Il a rappelé la baisse de 35% du prix moyen annuel du Sahara Blend et la réduction de la production de pétrole brut de la compagnie nationale en conformité avec les décisions de l’OPEP+, ainsi que la réduction des budgets d’investissement et de fonctionnement de 35% et 13% respectivement par rapport aux budgets initiaux 2020. L’investissement de Sonatrach a atteint 5,7 milliards de dollars équivalents, en baisse de 30% par rapport à 2019. La fiscalité versée à l’Etat s’est élevée, quant à elle, à 1.853 milliards DA, en baisse de 31% par rapport à 2019. En dépit de l’impact négatif de la crise sanitaire, «les efforts déployés par Sonatrach ont permis d’atteindre des résultats positifs, notamment en matière d’exploration et de renouvellement des réserves, de mise en service de nouveaux projets et infrastructures gazières et d’exportation pour la première fois de la décennie de gasoil et d’essences», a-t-il mentionné.
La production primaire d’hydrocarbures a atteint 176 millions TEP (tonne équivalent pétrole), en baisse de 6% par rapport à 2019, induite par le respect du quota OPEP+ et la baisse des enlèvements des clients étrangers en gaz naturel. S’agissant de la production nationale des raffineries, elle a enregistré une augmentation à 28 millions de tonnes en 2020, en hausse de 7% par rapport à 2019, a-t-il noté, alors que l’importation de certains types d’hydrocarbures a enregistré une baisse de 81% en 2020 (0,9 million de tonne) par rapport à 2019 S’agissant des cinq premiers mois de l’année 2021, les principaux agrégats chiffrés sont «en nette amélioration» par rapport à 2020, selon le responsable de Sonatrach. Ainsi, la production primaire d’hydrocarbures a atteint 78 millions TEP, en hausse de 4% par rapport à fin mai 2020, tandis que la production des raffineries a atteint 12 millions de tonnes, en hausse de 3% par rapport à fin mai 2020. La production commercialisée a atteint 67 millions TEP, en hausse de 17% par rapport à fin mai 2020, alors que les exportations ont avoisiné les 41 millions TEP. Le chiffre d’affaires à l’export s’est établi à 12,6 milliards dollars durant les cinq premiers mois de l’année 2021, contre 8,7 milliards dollars à fin mai 2020. Les importations d’hydrocarbures ont baissé à 0,1 million tonne, en recul de 83% par rapport à fin mai 2020. <