Depuis hier, la totalité des wilayas du pays, y compris Blida, a connu un allègement du confinement, qu’il soit partiel ou total. Ainsi, les horaires ont été réaménagés au premier jour de ramadhan qui, en cette année 2020, aura un goût très particulier en ces temps de pandémie de coronavirus Covid-19 qui a dicté au monde entier de nouveaux modes de comportement.


Ainsi, le dispositif de confinement appliqué dans neuf wilayas soumises au confinement partiel, à partir de 15h00, sera désormais en vigueur de 17h00 à 07h00 du matin, alors que la mesure de confinement total dans la wilaya de Blida est levée pour être soumise au régime de confinement partiel de 14h00 à 07h00 du matin, et ce, à partir du 1er jour du mois
de Ramadhan qui a débuté hier, ont indiqué les services du Premier ministre dans un
communiqué rendu public jeudi soir, après l’annonce que «vendredi» était le «premier jour de Ramadhan» par la commission installée à cette effet au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs.
Les wilayas concernées par le confinement de 17h00 à 07h00 sont Alger, Aïn Defla, Médéa, Sétif, Oran, Tizi Ouzou, Tipasa, Béjaia et Tlemcen, tandis que pour le reste des wilayas du pays, les horaires déjà en vigueur ont été maintenus, à savoir de 19h00 à 07h00 du matin, précise le communiqué. Cette décision du Premier ministre, qui a signé le décret exécutif après accord du président de la République, a été prise suite à une concertation avec le Comité scientifique et l’autorité sanitaire sur l’évolution de l’épidémie du Covid-19, faisant ressortir une stabilisation de la situation sanitaire, explique-t-on.
L’objectif principal de l’allégement du confinement est de «soutenir nos citoyens, qui ont fait preuve de vigilance et d’un effort louable en respectant en toute responsabilité, individuelle et collective, les mesures de prévention édictées par les pouvoirs publics, ce qui a permis jusque-là de contenir et de limiter la propagation de l’épidémie». Mais face à cet effort de permettre une plus grande plage horaire de circulation aux citoyens malgré un certain risque qui continue de planer, car la transmission de coronavirus et de sa propagation est loin de s’arrêter du jour au lendemain, un effort est également demandé aux citoyens.
Le nouvel horaire
de confinement permet
de «souffler»
D’ailleurs, dans les wilayas où le confinement débute à 17 h00, comme c’est le cas dans la capitale, des citoyens estiment que cela leur permettra de «souffler» par rapport au confinement qui commençait à 15h00. En plus, durant le Ramadhan, d’une façon générale, les gens sortent plus tôt du travail et sont, dans leur majorité, déjà à la maison bien avant 17h00 quand ils le peuvent.
Quoi qu’il en soit, et maintenant que les citoyens disposent d’un créneau horaire bien plus large, notamment pour faire les courses durant ce ramadhan, il serait alors possible de présumer que les scènes qui ont été déplorées au niveau de certains lieux de rassemblement n’aient plus lieu. En effet, dans les marchés de fruits et légumes, par exemple, ont été signalés des comportements pour le moins inconscients ou irresponsables face au grand risque de contamination que présentent ces lieux, au vu du grand rush observé les jours ayant précédé le mois du jeûne, et ce, sans aucun respect de la distanciation sociale. Même à Blida, qui était en confinement total, beaucoup de gens sont sortis pour faire leurs achats la veille de Ramadhan mais ont tout de même pris soin d’être rentrés chez eux pour 15h00, nous a-t-on signalé.
Réduire les comportements d’indiscipline
Ainsi, maintenant que la situation de la pandémie de coronavirus est stable en Algérie et que les mesures de prévention sont respectées dans leur ensemble, il reste «néanmoins à déplorer des comportements d’indiscipline qu’il y a lieu de réduire», estime le Premier ministère, car «si ces comportements perdurent, le risque de contamination et, par conséquent, le nombre d’hospitalisations et de décès évolueront d’une manière dangereuse, ce qui pourrait amener les pouvoirs publics à revoir ces mesures d’allégement, car il y va de la sécurité des citoyens et du pays tout entier», est-il expliqué dans le communiqué du Premier ministère. Les pouvoirs publics en appellent donc à la conscience et à la responsabilité des citoyens en adoptant des comportements qui ne soient pas à risque, ni pour eux ni pour les autres, et ce, dans le but de casser la chaine de transmission de Covid-19 en Algérie pour endiguer la pandémie et, aussi, afin que le début de déconfinement que nous connaissons puisse aller crescendo. Dans le cas contraire et si la pandémie venait à repartir de plus belle, il sera question de «tout refaire» comme l’ont expliqué à maintes reprises les membres du Comité scientifique et d’autres spécialistes du secteur de la santé. Nombreuses sont les alertes des spécialistes qui n’ont eu de cesse de mettre en garde contre les dangers d’un relâchement dans la phase actuelle, comme ils ont mis en garde contre la moindre baisse de la vigilance ou le non-respect des mesures de prévention. C’est dans ce sens et suite aux recommandations du Comité scientifique que le gouvernement réitère ses appels aux citoyens à demeurer vigilants et à continuer d’observer avec rigueur les mesures d’hygiène, de distanciation sociale et de protection, qui demeurent la solution idoine pour endiguer cette épidémie. L’aménagement ou le maintien du dispositif de confinement dépendra de l’évolution de la situation épidémiologique. Ainsi, une stabilisation de la situation permettra aux pouvoirs publics d’envisager des mesures supplémentaires d’allégement en matière de confinement sanitaire», explique-t-on encore.
Il convient de noter que même l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a eu de cesse de mettre en garde, à plusieurs reprises, contre une «deuxième vague» de contamination au Covid-19 et une «résurgence» de la pandémie. C’est ce à quoi appelle l’Algérie en ces temps de stabilité de la pandémie après avoir décidé d’un allégement des horaires de confinement en ce Ramadhan.<