C’est sans doute avec beaucoup de regrets que le Maroc quittera la Russie. Hier, les Marocains ont livré un autre match très solide contre le Portugal après celui face à l’Iran vendredi dernier. Très joueurs, ils ont, encore une fois, manqué de réalisme et se sont inclinés sur le même score (1 but à 0) au stade Lujniki (Moscou).

La faute au réalisme froid de Cristiano Ronaldo qui les a surpris dès la 5e minute. Nos voisins ne reviendront jamais au score. Ils restent à la dernière place du groupe «B» synonyme d’élimination précoce.
Pour la générosité, les coéquipiers d’Amrabat méritaient certainement mieux qu’un revers mais, en football, seuls les buts comptent et en l’espace de deux matchs, ils n’ont pas pu trouver la faille. Très disciplinés, les poulains d’Hervé Renard, ont pu contenir les Portugais tout au long des 90 minutes. On ne peut pas dire que les Champions d’Europe 2016 ont eu beaucoup d’espaces à exploiter ni d’occasions franches. Seul problème, en face, il y avait un génie : Cristiano Ronaldo qui n’a pas besoin de mille opportunités pour faire mouche.
Dès la première situation favorable, CR7 a fait mal. Un corner joué à deux, un centre de Moutinho et le Madrilène surgit pour catapulter le ballon au fond des filets d’une superbe tête plongeante. C’était le 4e but en deux rencontres pour le légendaire numéro 7. Son 85e but (meilleur total d’un buteur européen dans l’histoire) avec le Portugal. A ce moment, on croyait que les Lusitaniens allaient avoir une partie tranquille est maîtrisée mais ce ne fut pas le cas.

Benatia vide le sac
Les «Lions de l’Atlas» se sont tout de suite remis dans cette partie en prenant le jeu à leur compte. Jamais le nom de l’adversaire ne les a perturbés. C’est même eux qui l’ont fait trembler. Sur coups de pied arrêtés notamment. Dont celui intervenu à la 57e minute, tiré rentrant par Ziyech. Belhanda prolonge légèrement le ballon de la tête mais le portier Rui Patricio le dévie du cadre d’une manchette fantastique à mi-hauteur. C’était une véritable balle d’égalisation pour le Maroc.
Comme lors du premier tour de l’Euro 2016, la «Seleção» a su faire le dos rond contre Benatia & cie pour sortir avec la moisson totale et confirmer son spectaculaire nul (3/3) contre l’Espagne, qui a joué l’Iran hier à l’heure où l’on mettait sous presse. Le Portugal se dirige de pas fermes vers la qualification en huitièmes. Pour sa part, le capitaine marocain, Mehdi Benatia, a craqué face au micro de BeIN Sports. Le sociétaire de la Juventus Turin a révélé que «certaines personnes proches de nous nous avaient déjà tourné le dos après le premier match, pensaient qu’on était devenus des enfants gâtés après notre qualification pour le Mondial, qu’on ne méritait pas d’être là» en précisant que ce ne sont «pas des journalistes, des gens proches qui ne devraient pas avoir ces mots-là. On voulait montrer à ces guignols de quoi on était capable». Lui et ses compères étaient héroïques hier mais pas réalistes. Hélas.

Groupe «A» : l’Uruguay achève l’Arabie Saoudite
Juste après le très mouvementé Portugal – Maroc, l’Uruguay et l’Arabie Saoudite se sont affrontés dans la Rostov arena. Annoncé comme une formalité pour les Sud-américains, la partie était loin d’être une formalité. A la pause, la «Celeste», qui pouvait rejoindre la Russie premier qualifié de la poule «A» en huitièmes, ne menait que par un petit but (1/0). C’est l’inévitable Luis Suarez qui a décanté la situation (23’) en prolongeant le corner de Sanchez après une sortie ratée du gardien Al-Owais. «El Pistolero» a dignement fêté sa 100e sélection (6e Uruguayen de l’histoire à passer cette barre mythique) en inscrivant son 52e but avec la unique de l’équipe nationale. Il est aussi le premier Uruguayen à marquer dans trois mondiaux différents. Après cette ouverture du score, Cavani, toujours muet dans cette épreuve, & cie ont laissé le ballon à «Al-Akhdar». Les Saoudiens ont pris le jeu à leur compte. L’Arabie Saoudite a laissé une bien meilleure impression que celle du match d’ouverture où elle s’est effondrée contre les Russes (5/0). Ils n’ont pas, pour autant, réussi à trouver la faille enregistrant le deuxième revers de suite. Après ce résultat, les Saoudiens passent à la trappe alors que leurs homologues du jour filent en huitièmes. Finale en vue face aux Russes, prévue lundi prochain, pour désigner le leader du quartet «A».