Après s’être rendu en Irak où il a été reçu par les hauts responsables de ce pays, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a achevé hier une visite de travail en Syrie qui a été une occasion pour les deux parties d’aborder les relations bilatérales, mais aussi le prochain Sommet de la ligue arabe qui se tiendra le 1er novembre prochain à Alger.

Ramtane Lamamra a été reçu hier par le président syrien, Bachar Al Assad, qui a mis en avant « les efforts qu’accomplit l’Algérie » pour que les pays arabes puissent parler d’une même voix dans les forums régionaux et internationaux, en allusion, vraisemblablement à la récente rencontre historique à Alger, entre le président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, et le chef du bureau politique du Mouvement palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, qui intervient après un froid de plusieurs années entre les deux parties.
La visite de M. Lamamra à Damas « intervient suite à la récente visite du ministre syrien des Affaires étrangères en Algérie pour participer aux festivités célébrant le soixantième anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, au cours desquelles il a été reçu par le Président Tebboune », a indiqué avant-hier un communiqué des AE. Auparavant et au cours de son séjour à Bagdad, M. Lamamra a été reçu par le président de la République d’Irak, Barham Salih qui « s’est félicité de la profondeur des relations bilatérales fraternelles et de la coordination entre les deux pays à la lumière de la convergence de leurs positions sur l’ensemble des questions régionales et internationales », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Le président irakien a fait part à M. Lamamra de « l’engagement de l’Irak à contribuer qualitativement au succès du sommet arabe, prévu à Alger avec un ordre du jour constructif et inclusif à même d’ouvrir de larges perspectives à l’action arabe commune », a ajouté le communiqué.
La rencontre a, par ailleurs, permis aux deux parties d’avoir des entretiens riches sur la situation dans l’espace arabe et les moyens permettant aux pays de la région de relever les défis communs actuels dans divers domaines, dans le cadre de la solidarité et du consensus, de préserver les intérêts supérieurs de la nation et d’œuvrer en faveur du droit légitime du peuple palestinien à l’établissement de son Etat indépendant avec El-Qods pour capitale », selon la même source. Lors de son entretien avec le Premier ministre irakien Mustafa al Kazimi, les deux parties ont convenu de « renforcer la cadence de concertation et de coordination entre les deux pays, à travers l’intensification de l’échange de visites au plus haut niveau en vue de conforter les convergences de positions des deux pays vis-à-vis de l’ensemble des questions régionales et internationales, de par leurs engagements et références communes ».
Le Premier ministre irakien a également exprimé « sa grande considération au rôle important de l’Algérie sur la scène arabe et régionale, notamment ses efforts visant à consolider l’unité nationale palestinienne et à préparer un Sommet arabe unificateur et inclusif », assurant que « l’Irak apportera fortement son soutien à ce sommet et à concourra à son succès au service des nobles objectifs de l’action arabe commune », selon un communiqué du MAE.
Avec son homologue irakien, M. Fouad Muhammed Hussein et s’agissant «des graves tensions et la polarisation marquant les relations internationales en raison de la crise en Ukraine, les deux parties ont estimé nécessaire pour le Groupe de contact arabe de poursuivre ses missions dans le cadre de la position arabe commune fondée sur les principes du non-alignement et d’une réelle volonté de contribuer aux efforts internationaux pour un règlement pacifique de cette crise».