La dépouille d’Ahmed Boukhari, représentant permanent du Front Polisario aux Nations unies, est arrivé hier à l’aéroport d’Alger Houari-Boumediène, avant d’être conduite dans la wilaya de Smara, aux camps de réfugiés, où le défunt sera inhumé aujourd’hui.

Drapé des couleurs de l’emblème sahraoui, le cercueil transportant la dépouille du responsable sahraoui a été placé au centre d’un cercle formé par une délégation composée des membres du Secrétariat du Front Polisario et de l’ambassade de la République sahraouie à Alger, qui s’est recueillie sur la dépouille d’Ahmed Boukhari dans une atmosphère fortement imprégnée de chagrin au sein de l’assistance.
Côté algérien, nous avons constaté la présence sur les lieux de membres de la société civile, principalement le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (Cnasps) Saïd Layachi ainsi que son devancier au même poste Mahrez Lamari. Nous avons également remarqué, à l’aéroport Houari-Boumediène, le général major à la retraite Abdelaziz Medjahed, connu pour son soutien à la cause sahraouie.
Après la lecture de la Fatiha et quelques versets coraniques récités à la mémoire du militant, dans l’enceinte de l’aéroport, les Algériens et leurs voisins du Sahara occidental se sont remémoré le parcours d’un valeureux combattant pour la cause sahraouie notamment, dont la force diplomatique a été érigée sur ses connaissances juridiques qui lui ont permis de porter haut la voix de son peuple dans le concert international et faire reconnaître la légitimité incontestable de la cause sahraouie.
« C’était un valeureux militant, humble et courtois, qui a défendu bec et ongles sa cause. Sa voix résonnera toujours dans son pays, à l’ONU et dans l’institution panafricaine, car le principe d’un Sahara occidental libre et indépendant sera défendu jusqu’à l’éternité par l’actuelle génération », s’entendaient à reconnaître en chœur, hier, les responsables sahraouis.
« Boukhari est un exemple typique de la compétence, du courage, qui, via sa contribution, a porté la voixdes Sahraouis dans les instances onusiennes », dira aussi Abdelkader Taleb Omar, ambassadeur de la Rasd à Alger.
Pour sa part, le ministre chargé de la Promotion de l’administration au Front Polisario, insistera sur la poursuite du combat initié par le défunt Boukhari. « On a promis à notre martyr qu’on poursuivra le combat qu’il a initié, lui et tant d’autres, jusqu’à ce qu’on réalise l’objectif pour lequel ils se sont battus depuis leur jeune âge, à savoir l’indépendance du peuple sahraoui », affirme-t-il, mettant en avant le tempérament de battant qu’a été le défunt en sa qualité de « négociateur intelligent qui a résisté aux difficultés et à la pression ».
Abondant dans le même sens de la reconnaissance et des éloges plus que méritées par Ahmed Boukhati, le président du Cnasps, Saïd Layachi, dira que « l’Algérie soutiendra toujours tous les mouvements de libération ». Ajoutant que « si un combattant du poids d’Ahmed Boukhari rend l’âme, une centaine de militant sahraouis prendront le flambeau pour bâtir un Sahara occidental démocratique ».
Pour rappel, Ahmed Boukhari, est décédé mardi dernier à l’âge de 64 ans, dans une clinique privée à Bilbao (Espagne), des suites d’une longue maladie. Il avait entamé sa carrière diplomatique et son combat pour le Sahara occidental en tant que représentant en Espagne, en Amérique latine puis, en tant que négociateur depuis l’accord de cessez-le-feu conclu en 1991 sous la houlette de l’ONU.