Le confinement général de la population devient de plus en plus une revendication de la société pour lutter contre la propagation du virus Covid-19. Les appels à appliquer cette mesure extrême, mais combien efficace, à laquelle ont recouru de nombreux pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie, se multiplient. Professionnels de la santé, partis politiques, personnalités nationales et professionnels de différents secteurs soutiennent cette démarche. Ces appels adressés pour certains à la population, pour d’autres, aux pouvoirs publics, interviennent alors que le nombre de personnes contaminées ne cesse d’augmenter selon les chiffres officiels.
Ainsi, le Front des forces socialistes (FFS) a exprimé «sa profonde inquiétude» devant la situation qu’il a qualifié de «dramatique» et qui s’annonce «incontrôlable». Dans un communiqué d’alerte, le premier secrétaire national du parti, Hakim Belahcel, a appelé les autorités du pays «à décréter sans délais des mesures de confinement général à l’échelle nationale», se justifiant des expériences vécues et que continuent à subir d’autres nations. Mais, aussi devant «l’incapacité de notre système médical fébrile et démuni d’infrastructures sanitaires et de moyens matériels et humains adéquats de soins et de dépistages intensifs de faire face à ce tsunami viral». De son côté, le Dr Saïd Sadi, ancien président du RCD, a, dans une tribune publiée sur sa page Facebook, plaidé pour l’urgence de l’auto-organisation. «Le principe du confinement est enfin acquis pour une grande partie de la population. Il reste à sensibiliser les sceptiques», a écrit Sadi, estimant que «chacun de nous doit aider, par son propre comportement et ses conseils, à une généralisation rapide de cette mesure». Selon lui, «tout est question de temps et chaque jour compte. Il faut être concret».
Par ailleurs, un appel signé par une centaine de professionnels des médias, d’enseignants universitaires, de chefs d’entreprise et d’experts a été lancé au président Abdelmadjid Tebboune, afin de «décréter l’état d’urgence sanitaire immédiatement, et en imposer l’application par la force publique». Les signataires dont l’expert financier international, Abdelaziz Boussaid, le colonel à la retraite, Abdelhamid Larbi Cherif, la directrice du journal El Fadjr, Hadda Hazem, le président de l’Association des commerçants et artisans algériens, Hadj Tahar Boulenouar, et des dizaines de journalistes, justifient leur cri par «le nombre croissant de personnes contaminées du virus Covid-19, les différents appels sur les réseaux sociaux au confinement volontaire et les conseils des spécialistes pour protéger la société de la propagation de l’épidémie».
Un autre appel, d’un spécialiste du secteur, le Dr Mahmoud Boudarène, en l’occurrence, estime que le confinement «est la seule attitude, la seule stratégie à adopter compte tenu des circonstances». «L’Etat doit décréter cet état d’urgence, c’en est un», a-t-il écrit dans une tribune. Le Dr Boudarène a relevé dans son exposé que l’Algérie est confrontée à deux problèmes : «Des pouvoirs publics dépassés qui naviguent à vue et qui n’arrivent pas à se décider» et «une population indisciplinée parce qu’ignorante des enjeux et au bord de la panique».
La force publique pour les indisciplinés
Le confinement qui se précise en Algérie, où l’on assiste déjà à des villes fantômes depuis le week-end dernier, a déjà commencé dans certaines régions. A Tizi Ouzou, les habitants du village Ath Ougacha, dans la commune de Larbaâ Nath Irathen, ont décrété le confinement à domicile des habitants. A Béjaïa, précisément dans la commune de Sidi Aïch, le P/APC l’a décrété aussi de façon officielle. «En ma qualité de président de l’APC de Sidi Aïch, j’annonce officiellement à partir d’aujourd’hui à midi, le confinement total de la population», a-t-il déclaré dans une vidéo, appelant à la conscience et la responsabilité de chacun. «Restez chez vous, respectez les mesures de prévention et évitez les visites inutiles. Vous protégerez vos familles, vos enfants et vos voisins. Se confiner à la maison est le seul remède. Vaut mieux des rues désertes que des familles en deuil», a-t-il ajouté.
L’Algérie au stade III, que décidera Tebboune ?
Du côté officiel, seul le Président de la République a la prérogative de décider du confinement des Algériennes et des Algériens. Cette possibilité intervient au moment où le pays est, depuis hier, passé «au stade III de l’épidémie de coronavirus», a déclaré le ministre de la Santé sur les ondes de la Radio nationale, ajoutant qu’on doit «se préparer au pire». Pas moins de 20 wilayas sont actuellement touchées, alors que des comportements d’incivisme et d’inconscience continuent de marquer la vie quotidienne. Des mesures ont déjà été prises et entrées en vigueur depuis hier, dont la suspension des moyens de transport et le trafic ferroviaire, la fermeture des cafés et restaurants et la démobilisation de 50% des employés ainsi que des femmes ayant des enfants en bas ages. Abdelmadjid Tebboune ira-t-il plus loin pour décréter le confinement total de la population ? n