D’habitude, les supporters du CR Bélouizdad s’enorgueillissent d’un « Aller Chabab Zoudj », allusion au tarif minimum de deux buts marqués au stade du 20-Août, leur fief de toujours. Mais, samedi dernier, les fans du prestigieux club algérois des Rouge et Blanc n’en revenaient pas en constatant que leur équipe venait de perdre sur tapis vert, soit sur pénalité (3-0) !

Les aficionados du CRB n’en croyaient pas leurs yeux : « Du jamais vu dans l’histoire de mon club chéri des Rouge et Blanc », dira un vieux supporter, Fetah Guediri. Des supporters avaient déjà eu vent d’un probable « forfait » de leur équipe, mais ils ne pensaient vraiment pas que cela pourrait se passer avec un club aussi prestigieux et dont les joueurs constituaient à un joueur près « le onze » de la section algérienne après l’Indépendance ! Et finalement, le CR Belouizdad ne s’est pas présenté samedi dernier sur sa propre pelouse du 20-Août (ex-Stade municipal pour les nostalgiques) pour affronter l’AS Aïn M’lila lors de la 1re journée du championnat de Ligue 1 Mobilis. L’arbitre du match Bassiri a attendu les 15 minutes réglementaires avant  de constater l’absence de la formation belouizdadie qui n’a pu affronter  son adversaire du jour en raison du non-paiement  des droits d’engagement pour le compte de la saison footballistique  2018-2019 ainsi que des frais d’assurance des joueurs. Un véritable scandale de la part du détenteur de la Coupe d’Algérie 2016-2017 qui n’a pas présenté également à  la Ligue de football professionnel (LFP) les dossiers médicaux des joueurs de l’équipe de réserves avec lesquels il devait affronter le nouveau  promu. Résultat de la journée : outre la défaite par pénalité, le CRB pourrait avoir une éventuelle défalcation de trois points au classement général. La décision de la défalcation est prise par un organe juridictionnel ou une structure de la  LFP ou de la Fédération algérienne de football (FAF), selon les dispositions réglementaires en vigueur régissant le championnat de Ligue 1  (chapitre 4, article 77).

Absence du président Bouhafs et de son CA

L’absence des responsables de l’équipe et plus précisément des membres du Conseil d’administration et du président Bouhafs a fait que le club de la capitale n’a pu obtenir les licences des  nouveaux joueurs engagés lors du mercato estival (raison pour laquelle il  allait jouer avec les réserves), à cause des dettes cumulées au niveau de  la Chambre de résolution des litiges (CRL) qui dépassent les dix millions de dinars (un milliard de centimes). De ce fait, sept joueurs seulement de la saison passée avaient tenu à  effectuer le déplacement au stade, sans pouvoir cependant fouler la pelouse synthétique du 20-Août. Le président de la LFP, Abdelkrim Medouar, avait déclaré jeudi dernier que « les dettes du club belouizdadi ont atteint au 31 mai 2018 la somme de 49  millions de DA (4,9 milliards de centimes), avant qu’elles n’augmentent à  12 milliards de centimes à la fin de juillet 2018 ».

Les tentatives d’Amamra et Chettouf

Le président de l’APC, Mohamed Amamra, et le président du CSA, Karim Chettouf, ont tenté ces derniers jours de trouver une solution pour que le CRB puisse jouer ce match, en vain. Chettouf et Amamra ont voulu présenté, chacun de son côté, un engagement pour la prise en charge des dettes de la CRL, mais l’absence d’un préposé de la ligue vendredi n’a pas permis de solutionner ce « véritable scandale ».

D’ailleurs, le président de la Ligue, M. Medouar, a été compréhensif en rencontrant jeudi le président du CSA, car il pouvait bien refuser puisque ce dernier n’a « réglementairement » rien à voir avec la SSPA. Seul, le président de la SSPA, Mohamed Bouhafs, ou du moins, un membre du Conseil d’Administration, aurait pu régler ce « litige ». Tous les fans du CR Bélouizdad réclament donc le départ de tous les responsables actuels de la SSPA. Et nul doute qu’une assemblée générale extraordinaire est bien à envisager pour remplacer l’équipe actuelle. Seulement, comme l’a si bien indiqué le président du CSA « il faut au moins que des investisseurs puissent s’engager pour prendre en charge la société sportive par actions des Rouge et Blanc pour passer au remplacement toute l’équipe dirigeante du CRB actuel». Affaire à suivre…