L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a annoncé, hier, son soutien à un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika. C’est le secrétaire général de la centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd, qui l’a lui-même affirmé, à l’occasion de la Fête internationale du travail, à Hassi Messaoud.

« J’ai l’honneur de remettre officiellement à son excellence le président de la République votre motion spéciale de soutien pour le 5e mandat», a lancé Sidi Saïd aux travailleurs des wilayas du Sud, notamment du secteur pétrolier, qui lui ont remis une « motion spéciale » dans laquelle ils valorisent les « importantes réalisations enregistrées dans le domaine économique, dont la décision courageuse d’anticiper le remboursement de la dette extérieure du pays».
 Ils ont également salué d’autres acquis tels que la Charte pour la paix et la réconciliation nationale ayant permis d’éteindre la Fitna (discorde) et de restaurer la paix et la sécurité nationales ainsi que la constitutionnalisation de tamazight. Sur place, le patron de l’UGTA a enchaîné que « c’est au représentant du président de la République, M. Bedoui, ministre de l’Intérieur, que je remets officiellement cette motion ». A l’instar du parti du Front de libération nationale (FLN), la centrale syndicale appelle, elle aussi, à un 5e mandat présidentiel.
Le soutien de l’UGTA à un 5e mandat présidentiel à la tête de l’Etat, intervenu à la date symbolique du 1er Mai, vient contredire ceux qui ont considéré la démarche d’Ould Abbès, patron du FLN, comme étant une initiative personnelle.
En effet, beaucoup avaient exprimé de l’étonnement lors de l’appel d’Ould Abbès demandant au président Bouteflika à briguer un 5e mandat à la tête de l’Etat, estimant alors que « c’est une surenchère destinée à sauver sa place compte tenu de la contestation dont il fait l’objet ». Cette hypothèse est donc contredite par l’appel de l’UGTA d’hier qui lui emboîte le pas. Ainsi, les soutiens traditionnels du président de la République se mettent progressivement en branle, les uns après les autres, pour le solliciter à briguer un autre mandat à la tête de l’Etat.
Pour rappel, le FLN a même mis en place une commission nationale devant faire le bilan et recenser les réalisations du président de la République.
De même qu’il a créé une coordination estudiantine, baptisée « Djil Bouteflika », devant, elle aussi, valoriser les réalisations du chef de l’Etat dans les universités algériennes.
Pour rappel, les festivités officielles célébrant la Fête internationale des travailleurs ont été présidées par le ministre de l’Intérieur, à travers un imposant meeting de travailleurs à la base Sonatrach d’Irara.