Par Sihem Bounabi
La propagation des variants britannique et nigérian de la Covid-19 continue à progresser en Algérie avec leur détection dans de nouvelles wilayas, selon les derniers chiffres publiés, hier, dans un communiqué de l’Institut Pasteur d’Algérie.
En effet, dans le contexte de surveillance des variants circulant actuellement dans le monde, il a été procédé à la confirmation de 9 nouveaux cas de variant britannique (B.1.1.7) et de 28 de variant nigérian (B.1.525). Ainsi, le nombre total de cas confirmés de variant, du 25 février à ce jour, est de 30 cas pour le britannique et 56 cas pour le nigérian. Pour ce qui est des 9 cas confirmés du variant britannique, il s’agit de 4 nouveaux cas à Alger, un à Blida, un à Médéa et 3 dans la wilaya d’Ouargla. Quant aux 28 cas confirmés du variant nigérian, il a été confirmé 4 à Alger, 3 à Blida, 11 à El Oued, 6 à Djelfa, 3 à In Salah et 1 à Ouargla.
Ce nouveau bilan de la propagation des variants britannique et nigérian vient confirmer la crainte des professionnels de la santé quant à un rebond de la pandémie en Algérie d’autant que cela coïncide avec le constat d’un relâchement des mesures de prévention et de l’allégement du confinement à la veille du mois de Ramadhan.
Dans ce contexte, le communiqué de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) rappelle l’importance du respect rigoureux des mesures barrières dans le cadre du protocole sanitaire. Distanciation physique, port du masque de protection, lavage fréquent des mains « restent toujours les meilleurs garants pour stopper la propagation du virus et l’apparition de nouveaux cas ».
Rappelant qu’il y a quelques jours, un appel à la vigilance et au renforcement des enquêtes épidémiologiques, par les spécialistes de la santé, à l’instar de la dernière sortie médiatique du Pr Mohamed Belhocine, président de la cellule opérationnelle chargée d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques. Il a encore une fois tiré la sonnette d’alarme en estimant que « le nombre de cas des deux variants identifiés de coronavirus reste indéfini. Il y a probablement d’autres cas en circulation ». Il avait également reconnu que même si des efforts sont déployés pour multiplier les opérations de séquençage des tests PCR, afin de détecter les nouveaux cas des variants, « cela reste limité ».
Finalement, après plusieurs jours de stabilisation de la situation épidémiologique en Algérie, le bilan quotidien du nombre de contaminations est reparti à la hausse avec des chiffres au-dessus de la barre des 100 par jour. Afin d’endiguer rapidement les risques de la propagation de ces variants, qui sont 5 à 6 fois plus contagieux que la souche classique de la Covid-19, les spécialistes multiplient les sorties médiatiques pour le maintien du respect strict des gestes barrières. « Il ne faut pas céder au relâchement général, menaçant et fâcheux », insistent-ils.