Décidément, même loin de la présidence du Comité Olympique algérien (COA), Mustapha Berraf reste la cible de ce qu’il qualifie d’«allégations» sur des malversations financières. Ce dernier est visé par de nouvelles accusations sur une somme de 2 millions d’euros, attribués par l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), dont la traçabilité a suscité des suspicions.

Sur «Le Soir d’Algérie», qui a traité l’affaire, l’article n’y est plus car supprimé du site. Et Berraf a voulu porter «à la connaissance de l’opinion publique que les Jeux Africains d’Alger 2018 ont été obtenus par la délégation du COA que j’avais le privilège de diriger lors de l’assemblée générale de l’ACNOA qui a pris cette décision à l’unanimité à GABORONE en 2014.» Il a aussi tenu a précisé que le «contrat signé le 30 novembre 2016 avec le président de l’ACNOA de l’époque, propriétaire des Jeux Africains de la Jeunesse, stipule dans son article 28 que : l’ACNOA s’engage à verser 2 millions de dollars américains au CNO d’Algérie au titre de soutien pour l’organisation et la prise en charge des participants aux Sèmes Jeux Africains de la Jeunesse. Aucune clause contractuelle ne stipule une quelconque autre utilisation de ces fonds.»
Pour les détails, l’ancien patron de la Fédération algérienne de basketball (FABB) indiquera que «le COA a bénéficié de la somme de 1 460 000,00 USD sur les 2 000 000,00 USD, prévus dans le contrat, puisque 540 000,00 USD ont été directement versés par l’ACNOA via la Solidarité Olympique aux 54 CNO Africains au titre de soutien à leur participation aux Jeux Africains de la Jeunesse d’Alger 2018 à raison de 10 000,00 USD chacun.»

Il compte faire appel
Berraf ajoutera qu’«il est confirmé dans un procès-verbal officiel de réunion que le montant de un million cent mille dollars (1 100 000 USD) a bien été mis à la disposition du MJS dont le premier locataire était le président du COJAJ, et qu’il a bien été utilisé par leurs soins.» non sans préciser que «toutes les pièces justificatives sont en notre possession et seront montrés à qui de droit le moment opportun.»
Le patron de l’ACNOA, qui a démission du COA en avril dernier, ne compte pas laisser passer ses accusations et semble bien certain de son innocence dans cette affaire puisque il se «réserve le droit de faire appel aux juridictions compétentes conformément à la loi algérienne.» Pour celui qui a régné pendant 20 années cumulées à la tête de l’instance morale du sport algérien, «c’est le COA qui a ramené les Jeux africains de la jeunesse à Alger, qui a apporté un apport considérable en équipements et en numéraires et qui de surcroît se trouve attaqué de tous bords.» Surtout que «La délégation Algérienne qui a pris part aux JAJ d’Alger 2018 a bénéficié à titre gracieux, d’une dotation complète en équipements sportifs pour un montant de 291 135,00 USD, auprès du sponsor officiel du COA.» Affaire à suivre. <