L’Arabie saoudite a démenti lundi des informations en provenance d’Israël sur une rencontre entre le prince héritier Mohammed ben Salmane et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à l’occasion d’une « prétendue » visite secrète dans le royaume au côté du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo. « J’ai vu des informations de presse concernant une prétendue rencontre entre le prince héritier et des responsables israéliens lors de la récente visite de (Mike Pompeo). Aucune réunion de ce type n’a eu lieu », a déclaré sur Twitter le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane. « Les seuls responsables présents étaient américains et saoudiens », a-t-il martelé. La première visite rendue publique d’un chef de gouvernement israélien en Arabie saoudite, pour rencontrer en secret ce weekend le prince héritier, a été révélée par la presse de l’Etat hébreu, et confirmée à l’AFP par une source gouvernementale israélienne. Yossi Cohen, le chef du Mossad, les services de renseignements extérieurs israéliens, faisait également partie du voyage à NEOM, ville futuriste située dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, près d’Israël, selon ces mêmes sources. Ces dernières années, l’Etat hébreu s’est rapproché de certains pays arabes du Golfe, en particulier avec ceux qui partagent avec lui la même animosité à l’égard de l’Iran. Les Emirats arabes unis et Bahreïn, proches alliés de l’Arabie saoudite, ont normalisé leurs relations avec Israël en septembre. Ryad, qui entretient des liens très discrets avec l’Etat hébreu, notamment via leur grand partenaire commun, les Etats-Unis, s’en tient toujours à la position arabe traditionnelle qui fait de la résolution du conflit israélo-palestinien une condition sine qua non à l’établissement de relations officielles avec les Israéliens.