Après des années d’intérim, la direction de la culture de la wilaya de Ghardaïa a un nouveau responsable. Il s’appelle Hadj Mihoub Sidi Moussa Mohamed et a été installé dans ses fonctions la semaine dernière.

Âgé de 61 ans, père de trois enfants, ce commis de l’Etat chargé des questions culturelles dans la région traîne derrière lui une longue et riche carrière dans le domaine. Titulaire d’une licence en archéologie obtenue à l’université d’Alger en 1982, il a, entre autres, occupé le poste de directeur de la culture de la wilaya de Relizane de 1995 à 2003 avant d’être rappelé au ministère de la Culture de 2003 à 2006. En 2006, il a été installé à la tête de la direction de la culture de la wilaya de M’sila, poste qu’il a occupé jusqu’en 2011, avant d’être affecté au même poste à la wilaya de Guelma de 2013 à 2016.
Fin 2016, il est rappelé une seconde fois au ministère de la Culture où il est charge du dossier patrimoine avant d’être affecté à Ghardaïa, en ce mois de décembre de l’année 2017, en qualité de directeur de la culture de la wilaya de Ghardaïa. Dans une déclaration liminaire qu’il nous a faite dans son modeste bureau ainsi que la bâtisse qui abrite sa direction, le nouveau directeur a affirmé que sa mission est «claire » : « Elle consiste à relancer le secteur au niveau de cette wilaya, de revoir tous les dossiers, notamment ceux inhérents aux investissements relatifs à l’infrastructure culturelle.
« Cette redynamisation, a-t-il dit, ne peut se concrétiser qu’avec l’appui, l’aide et l’assistance des autorités locales ». « Parmi les dossiers les plus importants à prendre en charge rapidement, figure celui du patrimoine », a-t-il ajouté. Dans la vallée du M’zab, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, de nombreux sites sont en attente de préservation et de mise en valeur réelles. Selon Hadj Mihoub Sidi Moussa Mohamed, « il est urgent de procéder à la sélection des monuments à conserver tout en relançant les opérations inscrites en matière de restauration ». O. Y.