Par Bouzid Chalabi
C’est le retour des accidents de la route en série mais cette fois, ils sont d’une rare violence au vu du nombre de personnes qui y ont perdu la vie. En effet, après les deux terribles accidents qui se sont produits jeudi dernier à Constantine et Bordj Badji-Mokhtar, espacés de 10 minutes, faisant 27 victimes, un troisième sinistre a été enregistré dans la nuit de samedi à dimanche dans la vallée du M’zab faisant 9 morts et 32 blessés et dont le bilan risque de s’aggraver compte tenu de la violence du choc.
Pour rappel, vendredi soir un tragique accident de la circulation a eu lieu à Oued Ouarzeg, dans la commune de Beni H’midene sur la RN 27, reliant les wilayas de Constantine et Jijel, 18 morts (11 femmes, 6 enfants et 1 homme) et 11 blessés, selon un bilan de la Gendarmerie nationale. Dans la même journée à Bordj Badji-Mokhtar, une collision entre un véhicule 4×4 et un camion a fait 9 morts et plusieurs blessés. Les circonstances de cet effroyable drame de la route, qui endeuille une fois encore des familles algériennes, ne sont pas encore connues pour l’instant, une enquête des services de sécurité compétents étant ouverte. Quant au troisième sinistre, il s’est produit à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Ghardaïa, et plus exactement, sur le tronçon de la route de contournement de la vallée du M’Zab, sur la Route nationale 1. Là encore, l’accident s’est produit entre un bus de transport de voyageurs, effectuant la liaison El Menea-Alger, et un véhicule lourd, un camion de transport de pastèques.
Il importe de rappeler que les accidents de la route cités ci-dessus rappellent notamment celui du 31 décembre 2020, provoquant la mort de 21 personnes à Tamanrasset. Il convient de souligner au passage que la hausse du nombre de sinistres mettant en cause des véhicules de gros tonnage est, quant à elle, devenue préoccupante. Pis encore, elle interpelle plus que jamais sur le danger que constitue ce phénomène ayant pris des proportions dramatiques autant pour la société que pour l’économie nationale. Sur ce dernier point il y a lieu de remarquer que le coût moyen annuel des sinistres grève les finances publiques à hauteur de plus d’un milliard d’euros annuellement. Quant aux plus hautes autorités du pays, elles ont montré qu’elles restent attachées à la préservation de la vie des Algériens, au réconfort des familles endeuillées, et à mettre fin au phénomène des accidents de la route, sinon à lui trouver des solutions draconiennes.
Rappelons enfin, selon la chargée de la communication à la Délégation nationale à la sécurité routière (DNR) Khellaf Fatima, qui s’est exprimée hier sur les ondes de la Radio nationale, qu’il a été enregistré de janvier à mai n 2021 une augmentation de 42% du nombre de sinistres, soit l’équivalent de 10 morts par jour, et un lourd bilan de 1 292 morts en 5 mois. Déplorant enfin que la moitié des victimes a moins de 29 ans.
Le bilan s’alourdit à Constantine
Le nombre de morts du tragique accident de la route, survenu vendredi dans la localité d’Oued Ourezg relevant de la commune de Beni H’midane (Constantine), s’est élevé à 19 suite au décès d’une fillette de 8 ans, a indiqué hier dimanche le groupement territorial de la gendarmerie nationale dans un communiqué. Le même document a souligné que le nombre de personnes décédées dans la collision meurtrière qui s’est produite, vendredi au lieudit Oued Ouerzag dans la commune de Beni H’midane, s’élève à 19 (11 femmes, 7 enfants et un homme) après le décès d’une fillette âgée de 8 ans, ajoutant que «le nombre des blessés est de 9 actuellement».