Après un arrêt général de 7 mois pour des travaux périodiques de maintenance, le complexe de liquéfaction du gaz naturel situé à Skikda (GL1K) a repris du service, a annoncé, hier, Sonatrach dans un communiqué, soulignant que le retour à la production dans ce site a eu lieu le 16 juillet.
Un arrêt qui a néanmoins largement excédé la durée des 2 mois initialement prévue par le groupe énergétique national, et rendue publique lors de l’annonce de la fermeture du GL1K, en décembre 2019. «Le complexe de liquéfaction du gaz naturel (GNL) de Skikda marquera un arrêt de 2 mois afin de procéder aux travaux de maintenance», avait, en effet, précisé Sonatrach dans un communiqué.
Pour justifier ce retard, l’entreprise explique qu’«après l’enregistrement d’un avancement des travaux de 85%, un incident est survenu, le 21 février dernier, sur une turbine parmi les 14 contenues dans ce méga train». Le remplacement de cette turbine complète «nécessiterait des délais dépassant les 18 mois», poursuit-elle, soutenant que «face à cette situation, le management de l’entreprise a pris la décision de réparer la turbine et de remplacer les pièces endommagées par d’autres neuves afin de remettre en service la turbine dans les plus courts délais».
«Durant cet arrêt majeur, les équipements et appareils soumis à la réglementation et dont la durée de service arrive à terme, des visites et épreuves, ont été intégrés également dans l’étendue des travaux de l’arrêt», précise la même source. Concernant les inspections et contrôles prévus par la loi, ils sont conduits par l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH) et la Direction générale des Mines, alors que les travaux de maintenance sont pris en charge par les unités de maintenance internes de Sonatrach avec l’appui et le support des experts dans le domaine de la maintenance, est-il aussi écrit dans le communiqué.
A l’occasion de cette remise en marche, la situation de pandémie de la Covid-19 est évoquée pour souligner que le dispositif de confinement et la fermeture des frontières n’ont pas empêché l’aboutissement des travaux, dans le «respect» des échéances prévues. «Les équipes conjointes de Sonatrach et ses prestataires ont réussi, avec l’appui des autorités compétentes notamment celles du transport et de la santé, à réparer la turbine et finaliser tous les travaux prévus dans le planning de l’arrêt total sans contraintes», se réjouit-on à ce propos.
De plus, l’arrêt du complexe de Skikda a poussé Sonatrach à «maximiser» sa production de GNL dans les complexes d’Arzew (GL1Z, GL2Z et GL3Z), de sorte à respecter ses engagements avec ses partenaires. Du coup, «les volumes de production de GNL n’ont pas été impactés par l’opération de maintenance du complexe GL1K», insiste le P-DG de Sonatrach, Toufik Hakkar, mettant en exergue les apports conjugués des complexes GL1Z, GL2Z et GL3Z «pour assurer la production non pas à 100%, mais à 134% de la quantité planifiée pour la période». <