L’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) est sur le point de clore une option d’achat en blé tendre d’un volume nominal de 50 000 tonnes pour un chargement prévu entre le 16/31 juillet et 1/15 août. La signature du contrat d’achat est attendue aujourd’hui, dernier jour de cotation de l’échéance mai 2020 en blé sur Euronext. Mais elle pourrait être annulée car les opérateurs vont attendre le rapport USDA qui sera connu aujourd’hui pour prendre de nouvelles positions, si besoin. L’importateur algérien qui s’approvisionne habituellement de céréales françaises reste très à l’écoute de la tournure que pourrait prendre le marché international des céréales dès lors où l’incertitude majeure sur les marchés actuellement porte sur la demande. Une demande qui, selon les experts en la matière, pourrait baisser en raison de la faible capacité des principaux importateurs à trouver les fonds nécessaires conséquemment à la pandémie qui sévit dans le monde.
Il y a lieu de savoir que les prix du blé étaient en baisse hier mardi à quelques heures d’un rapport mensuel du ministère américain de l’Agriculture (USDA) attendu aujourd’hui. Sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de 1,50 euro sur l’échéance de septembre à 186,50 euros et de 1,50 euro également sur décembre à 188 euros, pour à peine un peu plus de 3 500 lots échangés, dans un marché très attentiste, avant la publication des chiffres américains. Mais selon les estimations du cabinet Artel dans son sa note, évoquant aussi le rapport USDA, ce dernier «ne devrait pas apporter d’éléments très nouveaux». Il donnera tout de même de premières projections pour la récolte 2020/21, à un stade toutefois encore très incertain, avancent les observateurs du marché mondial des céréales.<