L’approvisionnement des marchés du nord du pays en viandes rouges, à partir des wilayas d’Adrar et de Tamanrasset, a été en 2022 plus performant, et ce, grâce à une série de mesures décidées pour accompagner l’opération et soutenir cette importante activité commerciale.

Dans la wilaya d’Adrar, une hausse notable de la quantité commercialisée a été enregistrée en 2022 comparativement à l’année précédente, passant de 193 tonnes de viandes rouges acheminées vers des wilayas du Nord en 2021, à 945 tonnes acheminées en 2022, a expliqué l’inspecteur vétérinaire de la wilaya, Bouhousse Ayache, rappelant que pas moins de 1.138 tonnes de viandes rouges ont été transférées depuis l’entame de l’opération. Il a détaillé que 9.005 têtes bovines (1.084 tonnes) et 4.457 têtes ovines (53,4 tonnes) ont été abattues. Concernant la wilaya de Tamanrasset, plus de 21.000 tonnes de viandes rouges ont été acheminées vers les wilayas du nord du pays, depuis le lancement de l’opération en juin 2021, a indiqué, de son côté, le directeur des Services agricoles (DSA) de la wilaya de Tamanrasset, Ahmed Irzagh, qui a fait état d’une trentaine de commerçants de troc activant dans l’importation de cheptel vivant. L’approvisionnement du marché national en viandes rouges depuis des wilayas du Sud, en l’occurrence Tamanrasset et Adrar, vise à augmenter l’offre sur cet aliment, faire baisser les prix sur le marché et réduire la facture d’importation de viandes congelées, a souligné, pour sa part, l’enseignant en économie à l’université de Tamanrasset, Abdelbasset Azaoui. Selon ce dernier, cette opération est «un choix stratégique » à portée économique et sociale, puisque son objectif est de satisfaire les besoins du marché national en viandes rouges. L’activité de transport des viandes rouges du sud au nord du pays ouvre également, selon l’universitaire, de nouvelles opportunités d’investissement et d’emploi, en sus des revenus pour le compte du Trésor public. Il a insisté, par ailleurs, sur la nécessité de réaliser une autosuffisance en viandes rouges dans le sud du pays, mettant en exergue le rôle des bases de données statistiques dans la préservation de cet équilibre, particulièrement au vu des disponibilités qui varient d’une saison à une autre au niveau des marchés à bestiaux dans les pays voisins. M. Zaoui a relevé, aussi, la nécessité d’une prise en charge sanitaire adéquate et d’une bonne alimentation des bestiaux, et ce, par l’encouragement de la production locale. Une série de mesures pour optimiser l’opération Parmi les principales mesures décidées pour optimiser l’opération d’approvisionnement des marchés du nord du pays en viandes rouges, figure la mise en service, en janvier 2023, d’un centre d’analyse d’échantillons prélevés des bestiaux destinés à l’abattage, a expliqué le DSA de Tamanrasset, ajoutant que ce centre d’analyse, une fois opérationnel, permettra de réduire la durée d’obtention de résultats d’analyses. En plus de l’augmentation du nombre de vétérinaires chargés du suivi de l’opération, des facilités seront accordées aux propriétaires d’abattoirs, notamment en termes d’obtention d’autorisation sanitaire, a indiqué le responsable, signalant que l’opération sera prochainement renforcée par l’entrée en activité d’un nouvel abattoir privé, situé à l’entrée de la ville de Tamanrasset. Cette future installation s’ajoutera à deux autres similaires d’une capacité d’abattage journalière estimée à 250 têtes bovines et camelines, et 350 autres ovines, a-t-il poursuivi. A Adrar, la viande produite est soumise à des contrôles stricts, particulièrement en ce qui concerne le contrôle de la santé animale, avant et après l’abattage, préalable à toute délivrance d’un certificat sanitaire vétérinaire autorisant le transfert et la commercialisation de cette marchandise, conformément aux dispositions du cahier des charges relatives à l’opération, a-t-on signalé à la DSA d’Adrar. Des mesures ont également été prises concernant le transport de la viande, confié, actuellement, à six opérateurs économiques autorisés par les services du commerce et de la promotion des exportations de la wilaya d’Adrar, qui dispose d’un abattoir industriel moderne, réalisé dans le cadre d’un investissement privé. Sa capacité de production est de 60 tonnes de viande par jour, selon les mêmes services.(APS)