La chambre d’accusation près la Cour d’Alger a confirmé, hier, l’ordonnance de « détention préventive » à l’encontre de 23 manifestants arrêtés le 13 septembre dernier pour « incitation à attroupements » et « atteinte à la sécurité de l’Etat », énoncés dans les articles 96 et 87 du code pénal.
Seul, Bilal Ziani –atteint d’une tumeur – a bénéficié de la liberté provisoire. Ce dernier a été placé sous contrôle judiciaire, en attendant que l’instruction prenne fin, a fait savoir M. Mourad Gagaoua, membre du Collectif de défense. Les manifestants, pour rappel, ont été arrêtés au 30e vendredi de mobilisation populaire à Alger. Le magistrat instructeur près le tribunal de Sidi M’hamed les a placés en détention préventive après 48 heures de garde à vue. A Constantine, le procureur de la République près le tribunal de Constantine a requis 5 ans de prison ferme contre Amazigh Semmani, arrêté dans la même ville le 18 septembre dernier pour port de drapeau berbère. Il est poursuivi pour « atteinte à l’intégrité et l’unité nationales» prévue dans l’article 79 du code pénal. Le verdict, poursuit M. Gagaoua, sera prononcé jeudi prochain. M. K.