Après près de deux mois d’absence, le président de la République a signé hier son apparition à partir de son lieu de convalescence en Allemagne. Dans un discours diffusé sur sa page officielle Twitter, Abdelmadjid Tebboune a rendu publique l’évolution de son état de santé, qui a suscité, notamment ces derniers jours, de nombreuses interrogations depuis son absence sur le risque de vacance de pouvoir et dans une période d’urgence sanitaire à laquelle est venu se greffer un contexte régional tendu et source de préoccupations.

L’apparition de Tebboune intervient ainsi après une absence, depuis le 15 octobre, après avoir reçu le ministre français des Affaires étrangères. Sur son état de santé, le président Tebboune a précisé ce que pourrait durer sa période de convalescence. « Il y a près de deux mois, j’ai été transféré en urgence à l’étranger après ma contamination au coronavirus. Aujourd’hui, Dieu merci, et grâce à nos médecins de l’hôpital central de l’armée et aux médecins allemands, je suis en voie de guérison. Cette période de convalescence pourrait prendre encore une à trois semaines nécessaires pour que je reprenne mes forces physiques», a-t-il souligné.
M. Tebboune a informé, pour ce qui est de ses missions présidentielles, qu’il « suit quotidiennement, heure par heure, tout ce qui se passe en Algérie», ajoutant qu’il donnait « des orientations à la présidence en cas de nécessité». Il a indiqué, par la même occasion, avoir demandé aux services de la Présidence de voir avec la commission chargée d’élaborer le nouveau code électoral afin de poursuivre les étapes déjà prévues dans le sillage de l’amendement constitutionnel, dont le chef de l’Etat avait raté le rendez-vous qui s’est déroulé le 1er novembre, soit quelques jours avant les soucis de santé du premier magistrat du pays.
« Concernant le processus que nous avions tracé ensemble durant la campagne électorale, et dont nous fêtons une année depuis mon élection, et pour laquelle je vous réitère mes remerciements, j’ai demandé à la présidence de prendre attache avec la commission chargée de la rédaction du nouveau code électoral d’accélérer dans sa mission pour que ce texte soit prêt dans 10 à 15 jours au plus tard», a-t-il dit dans ce qui peut veut signifier que le Président est toujours en plein exercice de ses missions en dépit de son absence.
Il s’agit, a-t-il indiqué, de « pouvoir entamer le processus qui devrait intervenir après la révision constitutionnelle». Le propos du Président annonce ainsi des échéances politiques et électorales dans les prochains mois, donc un retour à l’agenda déjà tracé depuis son élection au Palais d’El Mouradia.

Gestion de la Covid-19, économie, tension régionale…
Contexte oblige, Tebboune a abordé brièvement la gestion par les autorités de la pandémie du nouveau coronavirus, se disant satisfait que les choses se stabilisent « graduellement», citant le décrue des cas de contaminations passés de 1 300 à 500 cas quotidiennement, tout en « remerciant tous ceux qui ont contribué» à cet effort.
Sur le volet relatif à l’économie du pays, il a exprimé également sa satisfaction indiquant que « la situation évolue telle que nous l’avions tracée pour le budget de 2020 et à travers lequel, nous avons tranché à ce qu’aucun citoyen à faible revenu ne soit touché par de nouvelles taxes».
S’agissant de la situation politique dans la région, le président Tebboune a livré au moins deux messages. Le premier a consisté à dire toute « la puissance de l’Algérie, plus que ce qu’auraient pensé certains». Dans le second message, Tebboune a indiqué que « ce qui se trame actuellement contre l’Algérie relevait du prévisible pour nous», ripostant, dans ce registre, en déclarant que « l’Algérie ne peut pas être déstabilisée».
Par ailleurs, le Président s’est exprimé sur les rentrées scolaire et universitaire, exhortant notamment le ministre de l’Intérieur et les walis, dans un contexte hivernal, à « veiller à l’application de ce qui a été entendu» en matière de prise en charge, citant particulièrement « les populations des zones d’ombre» et l’impératif d’assurer aux écoliers « des repas chauds et les moyens de transport». Cette apparition de Tebboune succède, en outre, à la dernière communication officielle du 1 décembre, quand la présidence avait annoncé le retour du Président dans les tout prochains jours.
« Conformément aux recommandations du staff médical, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui poursuit sa convalescence après avoir quitté l’hôpital spécialisé en Allemagne, rassure le peuple algérien qu’il est à présent sur la voie de la guérison et qu’il regagnera le pays dans les tout prochains jours», a indiqué alors la présidence dans son communiqué.
Le 8 novembre dernier, l’institution présidentielle a informé l’opinion que M. Tebboune était « en passe d’achever son traitement» et que « son état de santé s’améliore».