L’ouverture de la session ordinaire du Parlement 2020/21 s’est déroulée, hier, avec en point de mire le projet de loi portant révision constitutionnelle attendu la semaine prochaine au niveau de l’Hémicycle Zighout-Youcef.
Les députés présents en ce 2 septembre à l’APN ont été, cependant, « bousculés » par les révélations de leur ancien collègue Baha Eddine Tliba qui a déclaré, lors de son procès à Sidi M’hamed, pas loin de l’Assemblée, au juge que les listes du FLN lors des élections législatives 2017, se négociaient à coups de milliards. De quoi mettre dans l’embarras ceux qui peuvent prétendre jusque-là avoir été des élus du peuple.
Dans les couloirs de l’APN, certains députés de diverses obédiences politiques, préfèrent faire la sourde oreille et se concentrer sur le contenu de la session parlementaire qui verra la présentation d’une série de projets de loi et d’ordonnance.
Ces projets de loi et ordonnances « se veulent des réponses aux mutations que connaît notre pays et aux développements de notre société », a précisé le président de l’APN, Slimane Chenine, à l’ouverture de la session parlementaire.
Parmi les ordonnances au menu de cette session, celle portant prévention et lutte contre le phénomène de bandes de quartiers et celle relative à l’amendement de la loi sur la santé, examinées et adoptées lors de la dernière réunion du Conseil des ministres.
Il s’agit également de l’ordonnance relative à la spécialisation de la Justice pénale en créant de nouveaux pôles, à l’amendement du code de procédure pénale en vue de la création de nouveaux pôles et l’amendement des dispositions relatives au privilège de juridiction et la révision des règles de la discussion en visioconférence dans les procédures judiciaires.
L’APN examinera et votera, lors de cette session, la présentation de l’ordonnance portant amendement du code de procédure pénale en sus d’autres projets de loi en cours d’élaboration.