Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté à la majorité l’ordonnance 22-01 portant loi de finances complémentaire pour l’exercice 2022, laquelle comporte une série de mesures visant la préservation du pouvoir d’achat du citoyen et d’autres incitations pour soutenir les secteurs productifs comme l’agriculture.

Le vote s’est déroulé en séance plénière présidée par M. Brahim Boughali, président de l’APN, en présence du ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali et de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

A l’issue du vote, M. Kassali a mis en relief les efforts déployés par le gouvernement pour relancer l’économie nationale et booster le développement. L’économie du pays “a fait preuve de flexibilité face aux conséquences négatives de la conjoncture économique mondiale” et ce grâce à “plusieurs mesures liées à la protection des activités productives, à la rationalisation des dépenses publiques et au financement intérieur de l’économie”, a précisé le ministre.

En 2022, le gouvernement s’est fixé pour objectif de renforcer les mesures décidées par les pouvoirs publics en vue de soutenir et de diversifier l’activité économique, réduire la dépendance aux hydrocarbures, rééquilibrer les comptes publics à moyen terme et préserver l’aide de l’Etat aux catégories vulnérables, a-t-il poursuivi.

Dans son exposé, le ministre a précisé que la loi de finances complémentaire 2022 comprend plusieurs mesures palliatives à la première loi de finances, destinées principalement à la couverture des dépenses supplémentaires en cours.

Il s’agit principalement de l’augmentation des salaires et de l’allocation chômage dont les critères ont été modifiées, ainsi que le renforcement des programmes d’investissement public au profit de certaines wilayas en sus de la réalisation de structures sanitaires.

Dans le cadre de la loi de finances complémentaire (LFC), les recettes budgétaires de cette année devraient augmenter de +23,2% pour atteindre les 7.000,8 milliards de DA, y compris la fiscalité pétrolière qui passera à 3.211 milliards de DA. Par ailleurs, les dépenses budgétaires s’élèveront à 11.610 milliards DA au titre de la LFC, soit une augmentation de 1.752 milliards DA par rapport à la loi de finances de l’exercice 2022.

De son côté, le président de la Commission des finances et du budget de l’APN, Lakhdar Salmi, a salué les mesures prévues par la loi, notamment celles visant à préserver les équilibres sociaux et à ne pas imposer de nouveaux impôts, dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement du président de la République et de son souci de garantir la stabilité du pouvoir d’achat du citoyen.

Dans son rapport sur le projet de loi portant approbation de l’ordonnance 22-01 portant loi de finances complémentaire pour l’exercice 2022, la Commission a recommandé de consentir davantage d’efforts en matière de réforme du système bancaire en vue de se mettre au diapason des développements bancaires survenus au niveau international, et de poursuivre la relance des mesures visant à contrôler le commerce extérieur, promouvoir les exportations hors hydrocarbures, contrôler les importations et encourager la consommation du produit national.

Il s’agit, en outre, de la régulation du marché national, de la rigueur dans les mécanismes de lutte contre toutes formes de fraude et de spéculation, et contre l’évasion fiscale, et de la réduction des dépenses fiscales qui ne font pas l’objet d’études de faisabilité socioéconomique.

Dans son allocution d’ouverture de la séance, M. Boughali n’a pas manqué de féliciter le président de la République pour le succès du Sommet arabe d’Alger. “Nous nous félicitions des résultats réalisés lors du Sommet d’unification des rangs arabes, et nous nous engageons à poursuivre les efforts, chacun partant de sa position, de sa responsabilité et de son patriotisme”, a-t-il dit ajoutant “nous sommes convaincus que le train de l’Algérie a démarré dans le bon sens à la vitesse exigée vers l’objectif escompté”. “Notre objectif est de voir l’Algérie rétablir sa gloire à la hauteur du souhait des chouhada”, a-t-il souligné. “L’Algérie a récemment allié fierté et orgueil et réunit les symboles de la gloire et de l’honneur, signes d’un retour en force dans les fora internationaux en tant qu’acteur agissant et influent”, a-t-il soutenu.

Selon M. Boughali, les frères arabes se sont réunis dans “le pays de la Révolution et des révolutionnaires, au moment où il fêtait l’anniversaire des vaillants chouhada et des moudjahidine libres à l’effet de réorganiser les affaires internes du monde arabe”, relevant qu’ils avaient trouvé auprès de l’Algérie une “forte volonté, une détermination sincère, une vision perspicace et du bon sens.

Ils ont tous confirmés la communauté de notre destin au même titre que notre histoire et conclu que la voie de notre salut n’est autre que notre unité dan ce monde régi par la loi du plus fort”. “L’Algérie a pu, grâce à ses bonnes intentions et sa fidélité à ses engagements, à remettre la cause palestinienne au coeur des préoccupations, question centrale de la nation”, a-t-il ajouté.