Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté à la majorité l’ordonnance 22-01 portant loi de finances complémentaire pour l’exercice 2022, laquelle comporte une série de mesures visant la préservation du pouvoir d’achat du citoyen et d’autres incitations pour soutenir les secteurs productifs comme l’agriculture. Le vote s’est déroulé en séance plénière présidée par M. Brahim Boughali, président de l’APN, en présence du ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali et de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar. A l’issue du vote, M. Kassali a mis en relief les efforts déployés par le gouvernement pour relancer l’économie nationale et booster le développement. L’économie du pays «a fait preuve de flexibilité face aux conséquences négatives de la conjoncture économique mondiale» et ce grâce à «plusieurs mesures liées à la protection des activités productives, à la rationalisation des dépenses publiques et au financement intérieur de l’économie», a précisé le ministre. En 2022, le gouvernement s’est fixé pour objectif de renforcer les mesures décidées par les pouvoirs publics en vue de soutenir et de diversifier l’activité économique, réduire la dépendance aux hydrocarbures, rééquilibrer les comptes publics à moyen terme et préserver l’aide de l’Etat aux catégories vulnérables, a-t-il poursuivi. Dans son exposé, le ministre a précisé que la loi de finances complémentaire 2022 comprend plusieurs mesures palliatives à la première loi de finances, destinées principalement à la couverture des dépenses supplémentaires en cours. Il s’agit principalement de l’augmentation des salaires et de l’allocation chômage dont les critères ont été modifiées, ainsi que le renforcement des programmes d’investissement public au profit de certaines wilayas en sus de la réalisation de structures sanitaires.