Récemment, une petite fille de 10 ans a été sauvagement attaquée par une meute de chiens errants à la sortie de l’école, vers midi, à Chaïba, dans la localité de Sidi Amar, commune à 10 km du chef-lieu de wilaya de Annaba.

La petite, poursuivie par la meute, a fait une chute en contrebas de la route où elle s’est fracturé une jambe avant d’être mordue par l’un des chiens. Elle n’a dû son salut qu’à l’intervention des passants qui ont réussi à disperser la meute pour ensuite appeler les secours. Prise en charge par le service des urgences de l’hôpital d’El Hadjar, la victime a subi une intervention chirurgicale pour fixer une broche trans-osseuse ainsi que l’administration d’un traitement antirabique. Une convalescence de 2 mois et demi a été prescrite par le médecin traitant, ce qui induit une absence à l’école et un impact négatif sur sa scolarité. Cet incident n’est pas le premier du genre puisque, il y a quelque temps, un jeune garçon a été mordu par un chien errant dans la même localité devenue le refuge de ces animaux. A maintes reprises, nous avions rapporté que ces chiens constituent un danger réel et une menace pour la santé publique, sans propriétaires et se déplaçant librement dans la petite ville sans que personne ne s’en inquiète. De nuit, ce sont des concerts d’aboiements qui empêchent les habitants de dormir et gare à celui qui rentre en retard à pieds car il est sûr d’être attaqué. Les services de la commune ne s’en soucient guère et le résultat est là, une petite fille au corps frêle qui se retrouve à l’hôpital pour des soins avec en plus un traumatisme psychologique qu’elle traînera toute sa vie. Les appels des citoyens et les nombreuses plaintes auprès des élus quant à l’organisation de campagnes d’abattage de ces chiens n’ont visiblement pas été entendues car jusqu’au moment où nous écrivions ces lignes les chiens sont encore dans les rues au niveau de l’UV 24, à Chaïba, à quelques dizaines de mètres du siège de l’APC, à l’UV12 et autres lieux.