Tenue jeudi dernier, la session de l’APW d’Annaba, consacrée à la Poste et aux télécommunications, a été marquée par un incident qui a quelque peu perturbé son déroulement.

En effet, les élus du PT, au nombre de 4, s’étaient retirés de l’Assemblée pour protester contre les dépassements constatés quant à l’élection des présidents de commission, et dans ce cas précis, celui de la commission de la communication et la technologie de l’information. « L’article 34 du code de wilaya est clair quant à l’élection des présidents de commission. Cela n’a pas été respecté et c’est le président de l’APW qui a désigné l’un de ses proches à ce poste. Le membre en question avait été élu sous les couleurs du PT puis a rejoint les redresseurs et a été exclu des rangs du Parti des travailleurs. Nous avons dénoncé cette façon de faire qui est contraire au code de wilaya en écrivant au ministère et au wali. Cette protestation date de mars 2016 et, à ce jour, nous n’avons reçu aucune réponse. Et donc nous nous sommes retirés de la session en attendant que notre recours aboutisse », nous a déclaré hier Faouzi Hanoune, membre élu PT à l’Assemblée populaire de wilaya. En 2012, et lors des élections locales, le PT avait réussi à faire élire 7 de ses militants à l’APW, entre-temps, de nombreux problèmes avaient surgi. Le bras de fer entre Louisa Hanoune et le député Bahaieddine Tliba y est pour beaucoup. En effet, sur ces 7 élus, il n’en reste plus que 4. Les autres ont rejoint le FLN et lui apportent désormais leur soutien au sein de l’Assemblée. Ce qui a provoqué l’ire des élus qui sont restés fidèles au PT, d’autant que l’un des membres exclus a été nommé à la tête d’une commission, ce qui a été perçu comme un pied de nez au PT, dont le retrait des élus.