Un crime abject a été commis récemment à la cité Plaine-Ouest de Annaba. Un septuagénaire a été sauvagement poignardé par son propre fils qui s’attaqua ensuite à sa propre mère en l’éventrant, les laissant tous deux gisant dans une mare de sang. Atef D. âgé de 33 ans

, se tenait encore debout près des deux corps et dans sa main l’arme du crime, un poignard ensanglanté. C’est ce qu’ont découvert les voisins qui, alertés par les cris, ont réussi à pénétrer dans l’appartement pour découvrir l’horreur. Très vite tout le voisinage a accouru pour maîtriser le forcené qui, selon nos informations, n’opposa aucune résistance, et le livrer à la police qui l’emmena au poste. Les corps des deux victimes ont été transportés aux urgences où les médecins ont tenté en vain de ranimer le vieil homme malgré les moyens dont ils disposent au niveau de l’hôpital. La mère, quant à elle, n’est toujours pas hors de danger et son pronostic vital est engagé. Personne dans le voisinage ne comprenait pourquoi Atef avait agi de la sorte contre ses propres parents. Un parricide dont les motifs restent à déterminer par l’enquête confiée à la police judiciaire qui a déjà entamé ses investigations. Selon les premiers éléments et sur la base de témoignages concordants, il s’agirait d’un acte de démence. Le fils aurait fait une dépression nerveuse et s’était isolé de tous ses amis. « Il vivait dans son propre monde et n’avait de relations avec personne », nous a-t-on répété dans le voisinage. Tout le quartier était en émoi et le domicile des victimes ne désemplissait pas. Famille, proches et voisins avaient envahi les lieux emplis par les pleurs, les cris et une profonde tristesse. Un drame. Un crime innommable.