Les fêtes religieuses, où les dépenses des ménages augmentent sensiblement, sont souvent l’occasion pour des commerçants véreux de faire des affaires sur le dos des consommateurs sachant que ces derniers devront « abdiquer » quels que soient les prix pratiqués.

En effet, à la veille du Mawlid Ennabaoui fêté dans tous les foyers, la mercuriale à Annaba est en folie affichant des prix indécents qui dissuaderaient le plus courageux des consommateurs. Les ménagères qui « découvrent » ces prix sont « effrayées » des prix qui sont passés du simple au double et cela va des fruits aux légumes en passant par les viandes rouges et blanches.
Chez les bouchers, le poulet trône à 350 DA le kilo et donc acheter un poulet entier, ce qui est le cas de tout le monde pour cette fête sacrée et chère aux Algériens, reviendrait entre 700 et 800 DA, et pour une famille nombreuse, il en faudrait deux ce qui équivaut à 1 600 DA. Ajouter la « chakchoukha », plat traditionnel, préparée et vendue dans les magasins spécialisés en cuisine locale, qui est cédée entre 250 et 300 DA le kilo, en plus des légumes et fruits qui accompagneront ce « gueuleton « très prisé dans la nuit précédant le Mawlid
Pour la dinde, il faudra débourser 700 DA le kilo, un prix qui a sensiblement augmenté puisque cette volaille était cédée, il y a quelques jours, entre 450 et 500 DA le kilo. Ce qui grève encore plus le budget des ménages consacré à cette fête, où le «ftir» l’autre plat très prisé lui aussi, est cédé à 350 DA le kilo.
Les fruits et légumes ne sont pas en reste, la pomme de terre à 80 DA, la laitue à 120 DA, le concombre idem et les haricots qui étaient à 120 DA ont subitement « grimpé « pour atteindre les 160 à 200 DA le kilo. Le prix des bananes se sont envolés atteignant les 350 DA, les poires pas moins de 400 DA et la clémentine entre 250 et 300 DA alors que les vergers d’Annaba regorgent de ce fruit de saison.