Dans le cadre du crédit Ettahadi mis à disposition au profit des agriculteurs, des prêts d’un montant global de 500 millions de dinars ont été accordés par la Badr à des investisseurs à Annaba opérant dans le secteur agricole qui connaît ces derniers temps un développement appréciable. Ainsi, ce ne sont pas moins de
23 projets initiés par des particuliers ou des coopératives qui seront concrétisés sur le terrain, créant ainsi des centaines de postes d’emploi dans le secteur.

Ces projets devraient permettre l’extension d’exploitations agricoles à d’autres cultures, la valorisation de terrains montagneux ou encore l’arboriculture en créant des vergers agrumicoles, oliveraies ou pommeraies. Certains parmi les bénéficiaires de ces crédits ont préféré investir dans la transformation des produits agricoles et l’agroalimentaire en y consacrant la totalité des montants accordés. Pour d’autres, c’est plutôt l’équipement qui s’est taillé la part du lion en optant pour l’achat de moissonneuses-batteuses, de récolteuses mécaniques de tomate industrielle, ou encore, la construction de chambres froides pour le stockage et la conservation des produits agricoles. La région d’Annaba étant connue pour la culture de tomate industrielle, dont la production atteint des records chaque année, avec plus de 1 180 000 q en 2017, est confrontée chaque fois au problème de main-d’œuvre pour la récolte. L’on a vu ces dernières années des champs entiers de tomate pourrir sur pied par manque d’ouvriers agricoles, une perte sèche de plusieurs millions de DA pour les exploitants qui n’ont pu de ce fait livrer leurs récoltes à la transformation. Rappelons que la région d’Annaba recèle des potentialités agricoles qui peuvent lui permettre une autosuffisance et même approvisionner d’autres wilayas ; elle dispose d’une surface agricole utile de 134 000 hectares, de plaines immenses affectées à la céréaliculture et de vastes pâturages pour l’élevage bovin, ovin et caprin.