Dimanche, près de 150 personnes se sont rassemblées devant le siège de la wilaya d’Annaba pour protester contre la liste des bénéficiaires des logements, rendue publique la semaine passée dans la commune de Sidi Amar.

Ces citoyens, hommes et femmes, pour certains accompagnés de leurs enfants, ont manifesté leur colère pour ne pas avoir été portés sur cette liste. «J’ai été injustement exclue de cette liste alors que je suis veuve et mère de trois enfants. J’étais sûre d’y figurer mais à la lecture de cette liste, j’ai été choquée. J’y ai trouvé des personnes aisées, d’autres qui ne sont pas de Sidi Amar et d’autres encore qui sont célibataires et dont la demande est récente. Je suis ici pour faire entendre ma voix aux autorités de la wilaya car à la commune, on ne nous écoute pas.»
Des cris de détresse, des femmes en sanglots, des hommes qui crient « non à la «hogra !» et autres insultes ont marqué ce rassemblement qui a duré presque toute la matinée sous l’œil vigilant des services de sécurité déployés aux points stratégiques.
Deux responsables de la wilaya sont allés discuter avec les manifestants qui les ont assiégés pour expliquer leur situation. Des pièces d’identité des protestataires ont été collectées par les deux fonctionnaires pour constituer une liste de recours qui servira, selon nos informations, à réétudier les dossiers et vérifier si quelque anomalie s’est glissée et qui aurait pu léser certains demandeurs. Cependant, à Sidi Amar, localité concernée par cette distribution de logements sociaux locatifs, la situation reste très tendue et peut dégénérer au vu du mécontentement d’une grande partie de la population concernée. Les fourgons de la police d’intervention sont toujours stationnés devant les édifices publics, aux carrefours et aux ronds-points pour dissuader toute tentative de manifestation ou de dégradation de biens privés ou publics.
Ces policiers sont mobilisés maintenant depuis six jours pour assurer la sécurité et maintenir l’ordre dans des conditions difficiles.
Rappelons que la liste a été établie sur la base d’une étude qui a concerné 5 021 dossiers sur plus de 6 000 arrêtés à la date du 31 décembre 2012. Le reste sera étudié avant la prochaine distribution qui concerne près de 600 autres logements et qui certainement sera rendue publique durant l’année en cours. «Avant le Ramadhan», nous dit un responsable.