A Annaba, l’installation de caméras de surveillance au niveau des grandes artères de la ville, mais aussi du côté des quartiers populaires et des pôles d’attraction, a été déterminante quant au traitement d’affaires liées aux agressions, aux vols et au trafic de drogue.

Ainsi, pas moins de 460 affaires ont été résolues grâce au visionnage de ces caméras qui ont l’œil sur tout et commencent à dissuader bandits et criminels qui, il n’y a pas si longtemps, agissaient en toute liberté, dépouillant d’honnêtes citoyens, habitants ou vacanciers. La charge des services de la sûreté de wilaya se trouve quelque peu «libérée» de la surveillance de ces quartiers avec, cependant, une présence pour intervenir en cas de besoin et interpeller ou arrêter des individus en flagrant délit.
Les services de la sûreté de wilaya disposent de 714 caméras dont 613 ont été installées, 429 sont opérationnelles, 148 le seront bientôt pour couvrir entièrement la commune de Annaba, où l’on enregistre un fort taux de criminalité surtout en ce qui concerne les agressions, les vols à l’arraché et des trafics en tout genre. Le visionnage de ces caméras permet l’identification des individus ayant commis ces délits et qui seront très vite arrêtés grâce au fichier dont disposent les services concernés. Une salle de contrôle permet aux agents affectés au service de surveillance de voir en temps réel ce qui se passe en tel ou tel endroit pour prévenir leurs collègues qui interviendront sur le champ en cas d’un quelconque délit. Cela sécurise les citoyens qui se sentent ainsi protégés de ces malfaiteurs qui écument les rues de la ville. Le visionnage de ces caméras de surveillance permet aussi de surveiller la circulation des véhicules et intervenir immédiatement en cas d’incident ou d’embouteillage sur telle ou telle artère de la ville.
Pour les autres communes, comme Seraïdi, Sidi Amar, El Hadjar ou encore Berrahal, il est prévu d’installer des caméras de même type pour sécuriser ces localités en proie, elles aussi, à des délits et dont les auteurs courent toujours. Les citoyens qui ont bien accueilli la mise en service de ces moyens électroniques de surveillance se disent satisfaits et espèrent que cela sera généralisé pour que tout le monde se sente enfin en sécurité. « Ne peut craindre ces caméras que celui qui a quelque chose à cacher ou de mauvaises intentions », nous dit un retraité rencontré sur le Cours de la Révolution.