L’entreprise nationale de construction de matériels et équipements ferroviaires (Ferrovial) d’Annaba affiche l’ambition de se lancer, courant 2022, dans la fabrication de pièces de rechange. L’objectif, selon la direction de l’entreprise, est de se positionner sur le marché de la maintenance industrielle dans les domaines de l’agriculture, des mines, des travaux publics et de l’équipement pour le secteur de l’environnement. Sur la feuille de route de Ferrovial, il est également question de fournir du matériel et de la pièce de rechange pour les activités portuaires et de transport maritime, les incinérateurs et les fours industriels d’assèchement du phosphate. Cette annonce de prendre des parts de marché dans le secteur de la maintenance est à l’ordre du jour depuis la mise en route, en 2017, du plan de développement de l’entreprise avec une enveloppe de quatre milliards de dinars pour l’acquisition d’équipements industriels et technologiques pour la fabrication de multiples modèles de pièces de rechange à usage industriel. Pour rappel, le PDG de Ferrovial, Lamri, Benyoucef, a déjà annoncé de se diriger vers la fabrication -pour la première fois sur le marché national- d’équipements fonctionnant à l’énergie solaire dont des stations-services mobiles de distribution de carburants. Un produit compatible aux besoins des usagers des routes dans le Grand-Sud algérien notamment les transporteurs de marchandises destinées aux pays voisins, dont la Mauritanie. A la faveur du plan de 2017, Ferrovial, qui emploie actuellement 600 travailleurs, prévoit de recruter 1 000 travailleurs vers 2024.