Près d’une tonne de viandes rouge et blanche a été saisie au niveau des différents commerces de la wilaya de Annaba en ce début de mois de mai. Des saisies opérées dans plusieurs boucheries localisées au chef-lieu de wilaya ou encore à El Hadjar,

El Bouni et Sidi Amar, où les brigades de contrôle de la Direction du commerce se sont déplacées. Ainsi, ce sont pas moins de 963 kg de ces viandes avariées et présentées au consommateur qui ont fait l’objet de cette mesure pour ensuite être détruites. Les commerçants mis en cause se sont vu remettre des copies de procès-verbaux qui ont été transmis à la wilaya pour demander la fermeture administrative des boucheries en question en attendant la constitution d’un dossier judiciaire en vue de poursuites devant les tribunaux. Au mois d’avril passé et, selon les services de contrôle de la qualité, de la répression des fraudes et de la protection du consommateur, ce sont pas moins de 14 400 kg de viandes rouge et blanche qui ont été saisis par les mêmes brigades déployées sur le territoire de la wilaya. Les commerçants mis en cause ont été poursuivis en justice et pour certains, la fermeture administrative a été prononcée. Cette recrudescence de la fraude sur la qualité inquiète les autorités surtout à l’approche du mois sacré de Ramadhan où la consommation des viandes est importante. Cela donne des idées à certains commerçants véreux qui n’hésitent pas à abattre des bêtes atteintes de maladie qui peuvent être transmises à l’homme, tuberculose bovine, brucellose, des zoonoses dont les conséquences sur la santé publique sont désastreuses. L’absence d’associations de consommateurs dans la wilaya a encouragé ces commerçants indélicats à fourguer leurs marchandises à tout-va sans se soucier des conséquences que cela pourrait avoir sur leurs clients, l’essentiel pour eux est de vendre et d’engranger des bénéfices. En ce début du mois de mai, 20 brigades de contrôle sont à pied d’œuvre pour opérer au niveau des commerces de la wilaya de Annaba avec pour objectif de sévir contre toute fraude constatée. Défaut d’affichage des prix, d’étiquette d’origine, date de péremption, conditions de conservation, prélèvement d’échantillons pour analyses physico-chimiques représentent l’essentiel de ces contrôles qui, il faut le signaler, ont pour objectif premier la protection du consommateur. Un consommateur qui, généralement ne porte pas plainte contre le commerçant, lui ayant vendu un produit périmé, préférant le jeter que de s’adresser à la direction du commerce avec tout ce que cela suppose comme procédures avant d’aboutir devant la justice.  n