C’est avec le statut de précurseur de l’industrie automobile, dans sa version assemblage, faut-il le préciser, que le groupe Renault participe à la 18e édition du Salon de l’automobile de l’Ouest – Autowest 2018 – qui se tient du 9 au 16 décembre au Centre des conventions d’Oran (CCO).

Une participation qui coïncide, justement, avec le 4e anniversaire de l’usine Renault Algérie Production, situé à Oued Tlelat, à tout juste quelques kilomètres du CCO, et dont les activités d’assemblage avaient été officiellement lancées un 10 novembre 2014 avec la sortie de la Renault Symbol sous le slogan « Dernaha Djazaïria » et qui allait ouvrir la voie à d’autres constructeurs pour l’implantation d’usines d’assemblage automobile à travers le territoire national. Aujourd’hui, elles sont quatre usines à être opérationnelles en Algérie, alors que plusieurs autres projets attendent l’aval du Conseil national des investissements (CNI) pour passer à l’acte officiel.
Après Renault en 2014, Hyundai (groupe Tahkout) et Kia (Gloviz) et Volkswagen sont venus inaugurer leurs usines respectivement à Tiaret Batna et Relizane, alors que Peugeot a annoncé récemment avoir entamé, à son tour, l’assemblage de la 206 dans son académie, en attendant l’usine qui ne sera prête qu’en 2020 à Tafraoui (Oran).
Cela étant, les nombreux visiteurs qui sillonnent les stands de ce 18e Salon de l’automobile ne manquent pas d’afficher leur étonnement en comptant « seulement trois modèles » exposés chez Renault, à savoir Renault Symbol et Clio et Dacia Sadero Stepway, alors que les superficies d’exposition chez les autres constructeurs arrivés dans l’assemblage automobile « made in bladi » deux années après le groupe au losange accueillent un minimum de 10 modèles déclinés en plusieurs finitions, notamment dans le cas de Sovac et Tahkout Motors Company, deux groupes connus sur la place automobile algérienne pour ne pas s’entendre du tout et qui donnent la nette impression de poursuivre leurs hostilités dans une bataille à distance sur les espaces du CCO. « Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer comment Renault, qui a commencé à produire des véhicules depuis quatre années, ne nous présente que 3 modèles, alors que ceux qui sont venus après exposent jusqu’à 15 modèles ? », s’interroge, légitimement, un habitué d’Autowest ayant occupé des postes de responsabilité chez plusieurs concessionnaires.
Question transmise à André Abboud, directeur général de Renault Algérie qui répondra en affirmant que le projet de son groupe en Algérie est « une approche intégrée et complète du secteur automobile », mise en place avec l’installation de l’usine de Oued Tlelat en 2014. Autrement dit, dans l’objectif d’atteindre une industrie automobile à valeur réelle d’intégration locale, Renault Algérie semble avoir privilégié le chemin qui mène réellement à cette industrie, explique M. Abboud, en dressant le bilan des activités de son entreprise sur ces quatre dernières années. «En quatre ans, l’usine de Oued Tlelat, fruit d’un partenariat solide et durable entre le Groupe Renault, la SNVI et le FNI, a assemblé plus de 187 000 véhicules, intégré 3 modèles à sa chaîne de montage et crée près de 2 000 emplois directs et indirects », se réjouira notre interlocuteur, ajoutant que la filiale de Renault en Algérie « est fortement impliquée dans le développement de la filière automobile locale avec 8 sous-traitants locaux nommés à fin 2018 fournisseurs de 8 technologies différentes ».
Sur ce registre, le même responsable cite Martur, Sitel, Sarel, Cnan, Total, Nomago, Sealynx et Formfleks, ajoutant que pour 2019, l’objectif est « d’atteindre 12 technologies ». Au-delà du volet industriel, le directeur commercial de Renault Algérie, Hichem Nacer Bey, rappellera que «le premier constructeur algérien dispose du réseau le plus étendu du territoire national» avec ses 56 distributeurs agréés, totalisant 90 showrooms Renault et Dacia et plus de 70 ateliers mécaniques d’entretien et de réparation à travers toute l’Algérie. « Ces ateliers ont reçu plus d’un million de clients sur les 4 dernières années, grâce à la disponibilité de la pièce de rechange d’origine, fournie par son magasin central de rechange qui est le plus grand d’Afrique pour le groupe ainsi qu’à ses experts en mécanique et en carrosserie formés au sein de Renault Algérie Académie aux plus hauts standards du groupe », soutiendra M. Nacer Bey.