L’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) a enregistré 1.877 projets d’investissement pour un montant de 526 milliards de dinars en 2021, a indiqué mercredi son directeur général, Mustapha Zikara.

Le nombre de postes d’emplois proposés dans le cadre de ces investissements, déclarés auprès de l’agence, est de plus de 46.000 postes d’emplois, a déclaré M. Zikara sur les ondes de la Radio nationale. Sur le total des investissements, l’agence a enregistré 980 projets dans le secteur de l’industrie avec un montant de plus de 275 milliards de DA et plus de 28.000 postes d’emplois proposés, ajoute le responsable.

Sur le nombre global des projets déclarés auprès de l’agence, M. Zikara a fait savoir que 268 “grands” projets d’investissements ont été enregistrés avec un montant d’investissement de plus de 500 millions de DA, ce qui représente des investissements globaux de plus de 358 milliards de DA, qui permettent la création de plus de 21.000 postes d’emplois. Tous ces projets ont obtenus des certificats d’inscription auprès de l’agence et ont entamé la phase de réalisation.

De même qu’ils ont bénéficié des autorisations nécessaires auprès des administrations compétentes ainsi que de crédits bancaires. S’agissant de la situation du Conseil national d’investissement, M. Zikara a rappelé la relance de ce conseil, gelé depuis novembre 2019, par le Premier ministre, ministre des Finances, ajoutant que le conseil avait récemment étudié huit ( 8 ) dossiers qui attendaient son approbation, notamment ceux liés à l’extension ou à la modification des délais.

Il a en outre rappelé que les avenants des accords ont été signés et un investissement a également été approuvé, lequel est lié au projet de réalisation des transformateurs électriques, qui entrera “prochainement” en phase d’exploitation.

Pour ce qui est de la révision de restructuration de l’ANDI, M. Zikara a indiqué que cette question est liée au nouveau code de l’investissement qui est actuellement à l’étude, estimant que la promulgation de ce code permettra la relance du secteur de l’investissement et une “augmentation significative” du nombre de projets d’investissement.

Il a également précisé qu'”un grand nombre d’opérateurs économiques attendent la publication de ce texte de loi”. Le nouveau code de l’investissement devra doter l’agence de larges prérogatives afin de lui permettre de jouer un rôle important dans l’accompagnement des investisseurs et de bénéficier du soutien financier du ministère des Finances, ce qui lui permettra de mettre en œuvre son projet dans le domaine de la numérisation, ajoute M. Zikara.

A ce titre, le responsable a expliqué que le projet de mise en place de la plateforme électronique de l’agence, qui sera un trait d’union entre l’investisseur et toutes les administrations, permettra à l’agence de suivre toutes les démarches de l’investisseur au niveau des services administratifs et de connaître tous les obstacles qui peuvent entraver les projets d’investissement.