Synthèse Salim Benour
Le ministre de l’Education nationale Abdelhakim Belabed a annoncé hier un taux d’analphabétisme réduit à 7,94 % en Algérie en 2021. Dans une allocution lue en son nom par le directeur de l’enseignement primaire Gacem Djahlane au ministère à l’occasion d’un séminaire national placée sous le thème «Pour une Algérie nouvelle sans analphabétisme informatique», M. Belabed a indiqué que «les efforts de l’Etat visant l’éradication de l’analphabétisme, notamment avec la gratuité de la scolarité et des cours d’alphabétisation», a permis «la réduction du taux d’analphabétisme en 2021 à 7,94 %, selon les chiffres de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement des adultes (ONAEA)». L’Algérie, poursuit-il, s’est ainsi érigée «en un modèle à suivre à l’échelle régionale et mondiale, méritant la considération des Nations Unies et de l’Unesco au titre de ses efforts de lutte contre ce fléau». Et d’affirmer que l’organisation de cette rencontre vise «l’évaluation des acquis de l’Algérie en matière d’alphabétisation, des difficultés qui entravent ce processus», tout en abordant «la prospection de l’avenir du pays à travers la mise en place d’une feuille de route claire et bien réfléchie pour relever les défis et déraciner définitivement ce phénomène». Le ministre a tenu à saluer les efforts de la fondation «Iqraa» et l’ensemble des organismes activant dans le même segment, et qui contribuent, aux côtés de l’Office et autres partenaires, à «l’effort national d’éradication de ce résidu colonial, lequel constitue toujours un obstacle obstruant le progrès économique et l’épanouissement sociétal». Les résultats «considérables» réalisés dans le cadre de la stratégie nationale de développement , ajoute le ministre, «nous motivent tous à renouveler notre engagement et à travailler ensemble pour développer une vision nationale qui éradiquera définitivement le fléau de l’analphabétisme», notant qu’au niveau du secteur de l’éducation nationale, «nous œuvrons à augmenter le taux de scolarisation tout en veillant à ce que les élèvent achèvent la phase d’enseignement obligatoire outre l’amélioration constante de la qualité d’enseignement, le perfectionnement du niveau des enseignants, la révision des méthodes d’évaluation et la lutte contre la déperdition scolaire».