Cuba a célébré hier mardi les 60 ans de sa révolution dans un contexte où le sous-continent latino-américain a largement viré à droite. Hasard du calendrier, cet anniversaire historique coïncide avec l’investiture du président d’extrême droite Jair Bolsonaro au Brésil, pays qui a politiquement changé de bord comme l’ont fait l’Argentine, le Chili  ou encore le Pérou.

Porteuse à l’époque de grandes avancées sociales dans la santé et l’éducation, la révolution castriste avait séduit la population cubaine, lassée des années de dictature, et inspiré la plupart des mouvements de gauche d’Amérique latine. Mais elle a ensuite suscité des inquiétudes et des critiques de la communauté internationale sur la question des droits de l’homme et des prisonniers politiques, une centaine selon les organisations dissidentes. Economiquement, elle est aujourd’hui à bout de souffle: sa croissance stagne autour de 1%, insuffisante pour couvrir les besoins de la population, qui doit donc supporter les pénuries.
« Chaque année le gouvernement importe pour environ 2 milliards de dollars d’aliments, sans assurer la sécurité alimentaire du pays », souligne Marlene Azor Hernandez, ex-professeure de l’université de La Havane, dans un rapport pour le Centre pour l’ouverture et le développement de l’Amérique latine (Cadal), basé à Buenos Aires.
De manière générale, « le ‘‘modèle d’Etat-providence cubain’’, exporté pendant des décennies par le gouvernement cubain comme paradigme de développement, de bien-être social et politique pour le reste des pays moins développés, a stagné et régressé à partir de la perte des aides soviétiques », à l’effondrement de l’URSS en 1991, poursuit-elle.
Pour « actualiser » le modèle économique du pays, les autorités cubaines soumettront à référendum, le 24 février, une nouvelle Constitution qui reconnaît la propriété privée, le marché et l’investissement étranger. Mais pas question de revenir au capitalisme: l’objectif reste celui d’une société « communiste », avec le PCC comme parti « unique ».
Alors que La Havane est confrontée à la politique hostile de Donald Trump, le tour d’horizon de ses alliés n’est guère flatteur. Le Venezuela, lui-même en crise, peine à lui assurer ses livraisons de pétrole. Et si Vladimir Poutine a qualifié dimanche Cuba de « partenaire stratégique et allié de confiance », dans un message adressé à Raul Castro et à Miguel Diaz-Canel, il n’est pas disposé à subventionner le pays comme l’a fait l’Union soviétique pendant 30 ans. La Chine non plus. Enfin, la Corée du Nord, où s’est rendu le président cubain en novembre, prévoit tout juste de signer en janvier à La Havane un protocole d’échange commercial et de collaboration, selon l’agence officielle Prensa Latina. n