Le douar Ouled Blaha, relevant de la commune d’Amarna, distante du chef-lieu de Sidi Bel Abbès d’une dizaine de kilomètres, se trouve dans une situation lamentable. Les habitants y mènent une vie qu’ils disent ne plus supporter.
Dans une pétition, une soixantaine de chefs de famille demandent au wali de Sidi Bel Abbès d’effectuer une visite dans leur village et constater de visu leurs conditions de vie précaires et les problèmes qu’ils rencontrent. Ni réseau d’assainissement, où peuvent se déverser les eaux usées, à part des fosses qu’ils ont dû creuser pour laisser circuler les eaux usées, ce qui n’est pas sans risque sur leur santé des habitants. Ils déplorent l’absence de voiries, les routes non goudronnées du douar sont devenues impraticables en ces jours de fortes pluies, rendant le déplacement des citoyens impossibles. L’alimentation des habitants du douar en eau potable est défaillante, l’eau ne coule des robinets qu’un jour sur sept et en petites quantités, sinon ils se débrouillent pour étancher leur soif, l’eau est achetée chez les colporteurs. pour ce qui est du gaz de ville, leurs foyers ne sont pas encore raccordés, alors que d’autres douars en ont bénéficié, ce qui indigne les habitants qui réclament leur droit à plus de commodits. Ils émettent également le souhait de bénéficier d’un quota dans le cadre du programme des logements ruraux ou autres aides financières de l’Etat, leur permettant ainsi de réhabiliter leurs maisons qui datent de l’époque coloniale et qui sont devenues de plus en plus vétustes.
Leurs responsables locaux n’ont jusqu’à présent pas répondu à leurs nombreuses doléances pour une amélioration de leurs conditions de vie et apaiser leurs souffrances. Ils espèrent une attention rapide du wali de Sidi Bel Abbès.N. B.