Porté disparu, jeudi dernier, alors qu’il était mobilisé en compagnie des autres pompiers, suite aux intempéries ayant causé des dégâts importants au centre-ville de Bouira, les opérations de recherche engagées se poursuivent toujours. L’agent de l’unité d’intervention de la Direction de la Protection civile de Bouira, Achour Mohamed, âgé de 26 ans, a été aspiré par les eaux pluviales dans un grand avaloir d’évacuation déversant vers le barrage TiIesdit, dans la commune de Bechloul, selon des propos recueillis auprès des membres de la cellule de crise installée par le wali de Bouira. La victime est originaire de la localité de Cheraga, commune d’El Hachimia au sud de Bouira. « L’agent qui était avec deux autres pompiers, a été aspiré dans l’avaloir, lors de l’ouverture du regard. Il a parcouru une quinzaine de mètres avant que son corps ne soit localisé. Une équipe de plongeurs de la PC a été dépêchée sur les lieux », a indiqué un responsable de la Protection civile qui a précisé que les plongeurs ont récupéré la veste et la pelle de la victime. «Les conditions climatiques ont rendu difficile la mission des sapeurs-pompiers. Nous avons mobilisé des centaines d’agents répartis sur plusieurs sites », a-t-il ajouté. Les opérations de recherche sont toujours en cours. Il faut préciser que les deux autres agents qui étaient avec lui au moment où l’agent a été aspiré par les eaux ont été sauvés in extrémis, ont fait savoir les mêmes sources. Par ailleurs, les fortes averses qui se sont abattues depuis la soirée de mercredi dernier ont causé des dégâts considérables. Plusieurs maisons en ruine, situées dans la localité d’Ouled Bouchia, au sud de la commune de Bouira, ont été inondées. Au quartier des 338 et 250/Logements, ainsi que d’autres cités, des résidants ont alerté les pompiers pour intervenir. En plus des inondations touchant les habitations, les pluies ont coupé la circulation à plusieurs endroits. En effet le tronçon de la RN05 allant de Lakhdaria à Beni Amrane, dans la wilaya de Boumerdès, a été coupée à la circulation routière en raison des débordements des eaux sur la chaussée. Des affaissements de terrains ont été relevés, notamment dans les communes de Saharidj, dans la région de M’chedallah, et à Malla, à l’est de la wilaya, rendant impossible le passage des véhicules. Notons par ailleurs qu’une cellule de crise a été aussitôt mise en place par les autorités locales afin d’évaluer la situation et surtout de faire face aux intempéries dès lors que les services météorologiques annoncent la persistance des pluies. Des moyens humains et matériels ont été mobilisés, a-t-on indiqué au niveau de la cellule.