L’affaire de l’assassinat du jeune estivant Zoubir Aïssa, originaire d’El Oued, à Lota, dans la commune de Souk El Tenine, ne cesse de défrayer la chronique locale, à Béjaïa.

Pas moins de six individus, mis en cause dans cette affaire criminelle, ont été placés sous mandat de dépôt, avant-hier, par le magistrat instructeur, près le tribunal de Kherrata. Selon une source proche du dossier, l’affaire est toujours en instruction, dès lors que les gendarmes enquêteurs poursuivent toujours leurs investigations sur le terrain, en vue de déterminer les tenants et les aboutissants de ce crime qui a fait couler beaucoup d’encre. Notre source, selon les témoignages recueillis dans le cadre de l’enquête judiciaire menée par les éléments de la brigade de gendarmerie de la daïra de Souk El Tenine, affirme que le nombre d’individus ayant tabassé à mort le défunt Zoubir Aïssa serait de huit. Ce qui pousse les gendarmes en charge de l’enquête à poursuivre leurs investigations et à fouiner de cette affaire. Selon l’un des avocats de la défense qui a requis l’anonymat, tant que l’instruction est toujours en cours, les six individus, placés en détention préventive à l’issue d’une enquête préliminaire ordonnée par le procureur de la République près le tribunal de Kherrata, auraient reconnu leur culpabilité. « Lors de leur audition par le juge d’instruction de Kherrata, les six mis en cause ont confirmé leur implication directe dans l’affaire, puisque la majorité d’entre eux fait partie des parkingueurs exerçant au niveau de la plage de Lota », nous a fait savoir, hier, notre interlocuteur.

Ainsi, les six individus placés en détention provisoire, font désormais l’objet d’un mandat de dépôt correctionnel ou d’un mandat de dépôt criminel, selon la gravité des faits dont ils se sont rendus coupables dans cette affaire, explique-t-on. On apprend, à ce titre, que l’accusé principal risquerait jusqu’à 30 années de prison ferme.

Pour rappel, le procureur de la République près le tribunal de Kherrata avait assuré, lors de la conférence de presse qu’il a animée jeudi dernier, que « la loi allait être appliquée dans toute sa rigueur, et ce, afin de lutter contre ce genre de crimes et assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens ».

Selon lui, les agresseurs s’étaient autoproclamés gardiens d’un parking de la plage de Lota, dans la commune de Souk El-Tenine. Il a précisé aussi que devant le refus de la victime de « payer sa place de stationnement, le groupe de malfaiteurs l’a attaqué en lui assénant plusieurs coups à l’arme blanche ».