Les cours du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ont augmenté de 5,09 dollars en janvier dernier, soit une hausse de 10,2% par rapport à décembre, soutenus notamment par l’optimisme quant à la reprise de la demande mondiale et les efforts des pays de l’Opep+ visant à limiter la production pétrolière afin de stabiliser le marché. Selon les chiffres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), publiés dans son dernier rapport mensuel, les cours du brut algérien ont atteint 55,08 dollars le baril en janvier 2021, contre 49,99 dollars en décembre 2020. Cette hausse a permis de placer le Sahara Blend à la 2e position parmi les bruts les plus chers du panier de l’Opep au mois de janvier, après l’Angolais Girassol (55, 84 dollars/baril), alors qu’il occupait la 3e place en décembre dernier. Concernant la production algérienne, le rapport de l’Opep indique qu’elle a atteint 874.000 barils par jour en janvier 2021, contre 863.000 barils en décembre 2020 (+11.000 barils). La production moyenne de l’Algérie avait baissé en 2020 pour s’établir à 899.000 barils par jours contre 1,023 million de barils par jour en 2019. Le rapport indique également que les bruts de l’Opep en 2021 seront plus demandés que prévu. La croissance de cette demande a été révisée à la hausse de 0,3 mbj par rapport au mois précédent pour s’établir à 27,5 mbj.