Invité de l’émission «Hiwar Essaâ» de la Télévision nationale, M. Louh a affirmé que la justice s’acquitte de sa mission dans la lutte contre la cybercriminalité en saisissant l’organe national de prévention contre la cybercriminalité.

Le ministre de la Justice Tayeb Louh a assuré, dimanche dans la soirée, que l’affaire du «Blue Whale Challenge» – «le Défi de la Baleine bleue» – est entre les mains de l’Organe national de prévention et de lutte contre les infractions liées aux technologies de l’information et de la communication, auquel on a confié, en coordination avec les parquets territorialement compétents, l’enquête judiciaire sur ce jeu en vogue sur les réseaux sociaux et qui incite au suicide. Invité de l’émission «Hiwar Essaâ» de la Télévision nationale, M. Louh a affirmé que la justice s’acquitte de sa mission dans la lutte contre la cybercriminalité en saisissant l’Organe national de prévention contre la cybercriminalité. Jusque-là, poursuit M. Louh, «les premiers résultats de l’enquête font état d’un seul décès en rapport avec ce jeu mais pour ce qui est des autres cas de décès, aucun lien n’a été établi», même si l’enquête suit son cours.

Les fournisseurs d’accès à Internet instruits de retirer tout ce qui est lié  à ce jeu

En effet, le jeu est soupçonné d’être à l’origine du suicide de trois adolescents, deux originaires de Sidi Aïch, à Béjaïa, et un troisième d’Aïn Oulmène, dans la wilaya de Sétif. Ce que l’enquête devrait confirmer ou démentir. Mais par mesure de prévention, l’organe a été chargé d’«instruire les fournisseurs d’accès à Internet de retirer tout ce qui est lié à ce jeu et qui n’est pas autorisé par la loi», qui autorise l’organe à ordonner le retrait du contenu s’il venait à constater une quelconque infraction. «Si ce dernier n’est pas retiré en vertu du code pénal, cela entraînera des sanctions d’ordre pénal», avertit M. Louh, qui promet de révéler les résultats de l’enquête.
Mais surtout, M. Louh a appelé les familles à assumer pleinement leur rôle pour protéger leurs enfants et inciter les organes d’information à ne pas médiatiser outre mesure ces faits, rappelant que l’Algérie accorde un intérêt particulier à la protection de l’enfance. Concernée, elle aussi, en sa qualité de première «éducatrice », Mme Nouria Benghebrit a également réagi sur cette affaire, appelant de nouveau à la conjugaison des efforts pour protéger les enfants des dangers des jeux en ligne. Depuis Sétif, où elle s’était réunie dimanche avec ses inspecteurs et ses directeurs d’établissement scolaire de la capitale des Hauts-Plateaux, Mme Benghebrit a affirmé qu’il était nécessaire de conjuguer les efforts entre son département, le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et les services de sécurité pour préserver les enfants du danger que pourraient représenter ces applications.
Cependant, elle aussi insiste sur le rôle des parents dans la protection de leurs enfants des dangers de l’Internet. n