Entamée depuis le mois dernier, l’augmentation des cas de contamination au Covid-19 se poursuit en Algérie. La tendance haussière de l’épidémie du nouveau coronavirus ne fait plus aucun doute, puisque la hausse se poursuit depuis plus de deux semaines et les spécialistes estiment qu’il faut dix à quinze jours pour déclarer cette tendance. Le compte y est. Il est même dépassé, et les indicateurs laissent entrevoir que la prochaine vague, la cinquième en Algérie, arrive doucement mais sûrement. Les prémices sont là.

PAR INES DALI
Alors que l’Algérie enregistrait moins de 100 cas confirmés par jour depuis plusieurs mois, la centaine de cas est désormais dépassée depuis plusieurs jours. Si l’on ne considère que le mois en cours, le constat est que les contaminations sont en train d’augmenter sensiblement. Le 1er août, le pays enregistrait 92 cas de Covid-19, contre 80 cas la veille. Ce chiffre a bondi à 111 cas le 2 août et à 125 cas deux jours plus tard. Le 4 août a également été marqué par le premier décès du mois. Le lendemain, le 5 août, il y a eu le second décès.
Les contaminations sont allées crescendo jusqu’à atteindre 148 cas confirmés avant-hier vendredi, avant de reculer légèrement hier à 142 nouveaux cas et quatre patients en soins intensifs. C’est dire qu’au lieu de reculer ou, du moins, se stabiliser, les infections semblent avoir pris une courbe ascendante qui se maintient, même si entre temps, le nombre de cas marquait parfois une certaine baisse avant de remonter de plus belle.
La propagation du virus au sein de la population, en y touchant un plus grand nombre, commence à inquiéter un peu, étant donné que tout est ouvert cet été, sans aucune restriction. C’est une vie normale que mène la population avec les voyages qui ont repris, les plages et autres lieux de loisirs ouverts de jour comme de nuit…
L’inquiétude vient également du fait que la rentrée sociale et scolaire est proche, dans moins de trois semaines. Si les contaminations poursuivent la même trajectoire, il y a une certaine appréhension quant à l’émergence de foyers de contaminations ou de clusters dans les établissements scolaires. Faudrait-il peut-être y penser dès maintenant en prenant les mesures nécessaires dans les écoles, collèges et lycées ? La prudence étant mère de sûreté, il est donc clair qu’il faudra songer à protéger les établissements d’une flambée de la pandémie avant que cela n’arrive.
Pour leur part, les professionnels du secteur de la santé continuent de lancer des appels à la population en leur rappelant les mesures barrières qui, faut-il le noter, sont carrément aux oubliettes. Même au plus fort de la pandémie, elles n’étaient pas convenablement respectées.
La vigilance, ne cessent de réitérer les spécialistes, est encore de mise, même si le BA.5, le sous-variant d’Omicron qui se répand actuellement, n’est pas aussi dangereux que ses prédécesseurs, selon le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie, qui a recommandé, à maintes reprises, d’«apprendre à vivre avec le virus». Le Pr Ryiad Mehyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de Covid-19 en Algérie, s’est également exprimé dans ce sens, relevant que la pandémie de Covid-19 n’est pas terminée et que la cinquième vague risque de survenir dans les tout prochains jours. «Même s’il est encore tôt pour parler de la cinquième vague en Algérie, les précédentes semaines ont été marquées dans les pays européens, et notamment en France, par des pics de 200.000 cas de contaminations par jour. Aujourd’hui, ces pays connaissent une décrue. Sachant qu’il y a un décalage de 3 à 4 semaines de la situation épidémiologique entre les pays européens et l’Algérie, les contaminations en hausse ces derniers jours chez nous peuvent être des signes annonciateurs de la nouvelle vague qui risque de se confirmer au fur à mesures, si la courbe maintient sa croissance dans les prochains jours». Pour se protéger contre l’infection, le Pr Mehyaoui a lancé un appel à la population à aller se faire vacciner, insistant auprès des catégories vulnérables, en l’occurrence les personnes âgées et les malades chroniques. Il a également recommandé le retour aux mesures de prévention connues de tous, à savoir le port de masque de protection notamment dans les espaces clos et dans les transports ainsi que le lavage fréquent des mains.
Jusqu’à hier, le total des contaminations au Covid-19 en Algérie s’est établi à 269.008 cas confirmés depuis l’arrivée de la pandémie dans le pays en février 2020. Le nombre total de décès est de 6.878 cas, alors que le nombre total des patients guéris est de à 180.688 cas, selon le ministère de la Santé. <