En attendant le jour J du référendum sur la révision constitutionnelle, demain, les bureaux itinérants continuent de recevoir, et ce, depuis jeudi dernier, les électeurs dans les régions éloignées qui s’expriment sur le contenu de la future loi fondamentale.
Pour les Algériens établis à l’étranger, ils sont attendus dans les représentations diplomatiques et consulaires à partir d’aujourd’hui pour la même échéance référendaire au moment où plusieurs capitales et villes européennes (France-Espagne-Grande-Bretagne…) et chez les pays voisins (Tunisie, Maroc) sont soumises à des mesures de confinement suite au rebond de contamination à la Covid-19 enregistré ces derniers jours à travers le monde.
S’agissant du vote des populations qui résident dans les zones éloignées du Sud du pays, l’opération a débuté jeudi au niveau des bureaux itinérants d’Illizi, de Tindouf et de Tamanrasset, concernés par l’avancement réglementaire de 72 heures de la consultation référendaire sur le projet d’amendement constitutionnel. A cet effet, 10 bureaux itinérants ont été déployés dans les zones éparses de trois communes de la wilaya d’Illizi (extrême Sud-Est du pays), à savoir Illizi, Djanet et Bordj El-Haouès pour commencer à accueillir les 4 800 électeurs portés sur leurs listes, alors qu’un autre bureau a été ouvert depuis hier pour les populations nomades et des zones enclavées de la commune de Bordj Omar-Idriss.
Dans la wilaya de Tindouf, ce sont 10 bureaux itinérants qui ont été également mis en place pour recevoir depuis jeudi dernier les 8 465 électeurs portés sur les listes. Six d’entre eux sont déployés dans la commune d’Oum-Laâssel (Bouokba, Oued El-Kherb, Haouaouiche, Hassi-Mounir, Hassi-Beida, et les environs d’Oum Laâssel), et les 4 autres sont désignés pour la commune de Tindouf (Ghar-Djebilet, Tafakoumt, Hassi-Nagua et Chenachène). L’opération de vote a débuté également hier dans la wilaya de Naâma où sont prévus 15 bureaux itinérants répartis à travers les communes de Nâama, Aïn Sefra, Tiout, Sfissifa, Asla, Kasdir et El Bayodh. Par ailleurs, le vote des Algériens établis à l’étranger débutera aujourd’hui dans un contexte sanitaire marqué par le regain de la pandémie nécessitant des mesures de restrictions dans de nombreuses villes.
Lors de la campagne référendaire en vue de cette échéance, le rôle de la diaspora algérienne a pris une place importante dans le discours de sensibilisation notamment de la part du conseiller auprès du Président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane. Ce dernier n’a pas cessé, en effet, à l’occasion des nombreux meetings qu’il a animés, de souligner «l’engagement des hautes autorités du pays à accorder plus de soutien et de prise en charge à la communauté nationale établie à l’étranger», estimant «indispensable d’accorder aux Algériens établis à l’étranger plus d’aide et de soutien pour qu’ils puissent mettre leur savoir-faire et leurs expériences au profit de leur patrie. Nous avons besoin de leurs expériences et leurs compétences».
Dans son ensemble, l’opération de vote concerne plus de 24 millions d’électeurs inscrits à ce rendez-vous qui se déroule sous l’encadrement de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), qui assure, ainsi, son second scrutin après l’élection présidentielle du 12 décembre dernier.
Le président de l’Autorité, Mohamed Charfi, a assuré que toutes les conditions sont réunies pour garantir «la transparence et l’impartialité du référendum», évoquant «la possibilité de suivre en direct le scrutin grâce au réseau de visioconférence mis en place à cette occasion, ce qui permettra une plus grande réactivité et une prise en charge immédiate d’éventuels problèmes qui peuvent se poser le jour du scrutin». n