Ils étaient les deux joueurs utilisés au poste lors de la Coupe d’Afrique des nations 2019 en Egypte remportée par l’Algérie. Ramy Bensebaïni, titulaire habituelle au poste, et Mohamed Fares, second de la hiérarchie des latéraux gauches, ne sont pas disposés à disputer les rencontres face au Zimbabwe le 12 et 16 du mois en cours. Le premier est arrivé en retard et blessé, alors que le second n’a pas pu quitter l’Italie car la Lazio Rome fait l’objet d’une enquête liée à des contaminations à la COVID-19. A partir de là, le rôle est vacant. Même si, il est utile de le noter, Bensebaïni a des chances de disputer le match retour à Harare dans 5 jours.

L’Algérie jouera les Zimbabwéens demain (20h00) au stade 5 juillet 1962 à Alger pour le compte de la 3e journée des éliminatoires de la CAN-2021 prévu au Cameroun. Décidément, Djamel Belmadi sera dans la contrainte de se passer des services de Bensebaïni (806 minutes passées sur les terrains en club) qui aurait un pépin physique. Le driver de l’EN ne voudra pas prendre de risques avec l’actuel sociétaire du Borussia Mönchengladbach (Allemagne) dont le dernier match de son club face au Bayer Leverkusen (défaite 4 buts à 3) aurait laissé des séquelles.
Elles ne seraient pas graves selon nos informations même si la nature de la blessure n’a pas été communiquée. Le natif de Constantine pourrait être ménagé par Belmadi lors de l’ «acte I» afin de pouvoir faire le voyage au Zimbabwe dans la foulée et, éventuellement, prendre par à la seconde confrontation programmée pour le 16 du mois en cours.
Il est clair que devoir se passer des services du latéral, qui est en superbe forme avec la formation allemande, serait un gros coup dur pour l’équilibre du bloc des «Fennecs». Mais le driver se doit de prendre les précautions nécessaires pour préserver l’intégrité de l’ancien pensionnaire du Paradou AC et du Stade rennais.

Fares retenu par l’enquête à la Lazio
Ça aurait été moins tracassant de le faire si Fares (529 minutes jouées avec le team de Rome) était opérationnel. Cependant, le néo-laziale, qui avait disputé 54 minutes dimanche contre la Juventus Turin en Serie A, n’a pas pu répondre favorablement à la convocation de l’EN. En effet, l’ensemble de l’effectif romain a rejoint le Formello, centre sportif du club, pour y rester jusqu’à la fin de l’enquête lancée après l’affaire des tests COVID-19 contradictoires par laquelle la formation italienne est visée.
La raison de cette procédure est que le trio Ciro Immobile, Lucas Leiva et Thomas Strakosha est au cœur d’une affaire de tests PCR suspicieux. Les joueurs précités ont été testés à plusieurs reprises négatifs lors de leurs tests internes, mais positifs pour l’UEFA. Leur déplacement en Russie pour jouer face au Zenit Saint-Pétersbourg a fait couler beaucoup d’encre car considéré comme une enfreinte au protocole sanitaire mis en place par les autorités italiennes ainsi que celui de l’instance européenne de football pour la Ligue des Champions. En effet, le laboratoire Futura Diagnostica à Avellino avait indiqué que les échantillons d’Immobile, Leiva et Strakosha étaient négatifs alors que ces mêmes écouvillons de PCR comportaient bien des anticorps de la COVID-19 selon le Campus biomédical de Rome. Ce qui veut dire que les concernés sont contaminés.

Risque de déséquilibre
En tout cas, l’affaire prend de telles proportions que le président des Biancocelesti, Claudio Lotito, a voulu montrer sa bonne volonté et son envie de collaborer avec les autorités de son pays en prévoyant d’isoler tout l’effectif au terme de la rencontre contre la Juve. Et ce, jusqu’à ce que les enquêteurs rassemblent les éléments nécessaires pour pouvoir prendre les sanctions qui s’imposeraient allant d’une amende jusqu’à l’éventualité d’être exclu de la C1 et rétrogradation en Serie B pour faute grave (mise de la vie d’autrui en danger).
On ne sait donc pas combien durera cette investigation et ce confinement improvisé. A partir de là, les internationaux auront besoin de dérogation pour quitter le territoire transalpin. Ainsi, Fares s’est retrouvé bloqué et a vu son arrivée en Algérie annulé pour des raisons médico-judiciaires. Comme pour le côté droit, où Atal n’y sera pas car touché par la COVID-19 et forfait, Belmadi devra aligner un élément inexpérimenté comme Mohamed Réda Helaïmia. Il sera difficile de maintenir l’aplomb du dispositif. Mais ce sont les aléas. n